Partager

Les réalisateurs maliens ne seront plus obligés de se rendre à l’étranger pour effectuer la post-production de leurs films. Ils pourront le faire sur place au Centre national de la cinématographie du Mali (CNCM). Cette structure vient, en effet, d’être dotée de matériel de post-production par la coopération danoise.

Déjà, il y a trois ans, le Danemark offrait au CNCM du matériel de projection. Cette fois-ci, il s’agit d’équipements complets de post-production : machines d’étalonnage, matériel informatique pour le mixage, appareils permettant de créer des effets spéciaux, ordinateurs, appareils de prise de son et d’éclairage, onduleurs, logiciels et accessoires complets.

En réceptionnant ces équipements qui ont coûté 91,5 millions de Fcfa, le directeur général du CNCM, Moussa Ouane, a relevé que la bonne utilisation de ce matériel de pointe requérait une certaine expertise. Le Centre a, par conséquent, recruté 6 jeunes spécialisés dans les nouvelles technologies. Ces sortants du Conservatoire des arts et métiers Balla Fasséké Kouyaté sont déjà en formation avec l’équipe danoise.

Avec ces équipements, c’est une grosse épine ôtée du pied des réalisateurs maliens contraints jusqu’ici à de coûteux déplacements en Europe ou en Afrique du nord pour y effectuer une poste-production alourdissant les budgets des films, notamment des long-métrages.

Le matériel a été réceptionné vendredi en présence du ministre de la Culture, Bruno Maïga, et d’une délégation danoise comprenant le cinéaste Per Fly, chef du projet, et Mariam Diallo, coordinatrice et interprète au sein du projet.

Le ministre Maïga a salué l’acquisition de ces équipements qui seront d’une très grande utilité pour le cinéma malien. Il a remercié le Danemark pour le dynamisme de sa coopération et son pragmatisme.

Per Fly a garanti la qualité de ce matériel tout neuf et similaire aux équipements qu’il utilise lui-même dans ses propres studios au Danemark.

Il convient de rappeler que ce sont les Danois qui ont travaillé sur l’étalonnage et les effets spéciaux du long-métrage « Da Monzon, la conquête de Samagnana » de Sidi F. Diabaté en 2009. Les mêmes partenaires ont offert en 2010 du matériel de projection pour le cinéma ambulant au CNCM. Ils avaient déjà procédé en 2008 et 2009, à la digitalisation de nombreux films maliens gardés dans la bandothèque du CNCM, afin de faciliter leur conservation.

Y. DOUMBIA

L’Essor du 24 Septembre 2013