Partager

Placée sous le parrainage du leader du mouvement hip-hop malien, Master Soumy, cette édition du Ciné droit libre qui a pour thème « Migration : loin de chez moi ? » compte contribuer à l’éveil des consciences sur les enjeux migratoires.

Après le succès des éditions précédentes, la 3e édition du festival de films sur les droits humains et la liberté d’expression, Ciné droit libre, a débuté lundi après-midi à Bamako.

Engagé au-devant des grandes mobilisations de la jeunesse au Mali pour les droits humains et la liberté d’expression, Ismaël Doucouré alias Master Soumy est le parrain de l’événement. « Migration : loin de chez moi ? » est le thème choisi pour cette édition.
Durant cinq jours, les festivaliers auront droit à des films de belle facture suivis de débats autour de thématiques spéciales se rapportant notamment à la thématique de cette édition dans les espaces comme l’Institut français, le Blonba, le campus de l’IUG sur la colline de Badalabougou, les quartiers populaires comme Sikoro, Daoudabougou, etc. Cette année le festival invite le public à s’interroger sur les problématiques liées aux migrations et à la violation des droits humains qu’elles peuvent engendrer.

Pour éclairer l’opinion et l’inciter à une réflexion critique sur les solutions de ce phénomène, des personnes-ressources comme le ministre des Maliens de l’extérieur, Dr. Abdramane Sylla, Didier Awadi, rappeur et activiste, Dr. Aminata Traoré, écrivaine et activiste, Aboudou Cheaka Touré, représentant spécial de la Cédéao, Souleymane Cissé, cinéaste, Mylmo, rappeur malien, le maréchal Zongo animeront des panels.
Aussi, des masters class, une sorte d’école où les réalisateurs professionnels et jeunes réalisateurs ou acteurs se côtoient pour donner le meilleur d’eux-mêmes et de mieux outiller les jeunes à la réalisation de films sur les droits humains.
Le village du festival, une innovation du Ciné droit libre, sera installé sur la place publique de la Commune III en face du Ciné Babemba pour la clôture le 27 janvier. Les « Villageois » profiteront de projections-débats, d’animations artistiques et musicales, pour faire des témoignages.

Moctar Dramane Koné, Stagiaire

Du 23 Janvier 2018