Partager

Le chômage des jeunes au Mali est une bombe à retardement que l’Etat peine à désamorcer. Et la création des 200.000 emplois promis par le président de la République Ibrahim Boubacar Keita lors de lacampagne électorale est loin d’être une réalité aux yeux des milliers de jeunes diplômés sans emploi qui peuplent la capitale et ses environs.

Ainsi, pour attirer l’attention du gouvernement du Mali en général et des cadres du cercle de Yorosso en particulier sur la question du chômage des jeunes, l’Association des Elèves et Etudiants du Cercle de Yorosso (AEECYS) a organisé une conférence-débats le 23 juillet dernier sur la colline de Badalabougou. C’était à la faveur de la 2ème édition de la Journée Culturelle, Artistique et Sportive de ladite association dont le thème portait sur : « le chômage, un obstacle pour le développement du cercle de Yorosso ».

Le parrain de cette 2ème édition était M. SidikiBayo. La conférence a été animée par le consultant Otozié MarcGoita. A cause de l’importance de l’ordre du jour, les élèves et étudiants du cercle de Yorosso et sympathisants ont massivement fait le déplacement.

Selon le conférencier, le chômage est l’état d’inactivité d’une personne souhaitant travailler. Et sont au chômage, toutes les personnes diplômées qui n’exercent pas d’emploi rémunéré ou sans emploi du tout mais disponibles pour travailler.
« Chaque année, ils y a plus de 200.000 diplômés qui inondent le marché de l’emploi au Mali soit 1 million par quinquennat et seuls 10% ont la chance d’avoir un emploi fixe », déplore Otozié MarcGoita. Selon qui, le chômage des jeunes est dû à la défaillance de gouvernance c’est-à-dire l’absence de politique volontariste pour résorber le phénomène. Mais aussi à la corruption, au népotisme, au mensonge et à la falsification d’âge des vieux fonctionnaires qui refusent d’aller à la retraite.
« Le Mali a un système éducatif pitoyable avec un niveau très médiocre. C’est pourquoi, le chômage des jeunes est devenu un fonds de commerce pour les politiciens maliens », a fait remarquer le conférencier.

Pour sa part, le parrain de l’évènement a invité les élèves, étudiants et jeunes diplômés sans emploi du cercle de Yorosso à aller vers l’auto-emploi. Car selon lui, le chômage n’est une fatalité. C’est pourquoi, le conférencier et le parrain de l’évènement ont annoncé la création d’un Fonds dénommé ‘’Avenir Jeunes’’ qui a déjà réceptionné plus de 500.000 FCFA et attend la contribution des personnes de bonne volonté.
A noter que l’animation folklorique de cette journée culturelle était assurée par le roi du balafon de la localité, BouramaGoita.

Adama DAO

Du 25 Juillet 2017