Partager

Sur les nombreux problèmes auxquels la jeunesse malienne est confrontée, le Président de la République était face aux jeunes au CICB samedi dernier à la faveur d’une émission radio. Au terme de l’émission, la jeunesse est restée sur sa faim.

« Nous sommes longtemps restés sans prendre d’initiatives et les initiatives que nous avons prises n’ont jusqu’à présent pas porté fruit », a expliqué ATT, parlant de la question de l’emploi des jeunes.

A la question de savoir ce que le gouvernement peut faire pour enrayer l’exode rural afin que les jeunes puissent participer au développement local, ATT a salué « les jeunes ruraux qui font l’exode et qui viennent se battre à Bamako ».

Non satisfait des réponses du chef de l’Etat, un jeune expliquera que « c’est parce qu’il n’y a pas eu de solution aux villages que les jeunes viennent à Bamako ».

Les réponses du Président de la République aux questions des jeunes donnent l’impression que le gouvernement n’a pas de solution à ces problèmes. Pourtant, il existe pas mal d’initiatives dans notre pays.

L’Etat a des programmes intéressants tel que l’Appui aux Collectivités décentralisées pour un développement participatif (Acodep) qui a aujourd’hui freiné l’exode rural dans ses zones d’intervention.

Il suffit tout simplement de valoriser ces programmes pour développer l’emploi rural et freiner de ce fait l’exode rural.

Au terme de l’émission, la jeunesse est restée sur sa faim. Le dernier jeune, un Malien installé en France, qui a pris le micro a déploré la situation actuelle du pays. Ce qui lui fera dire, « M. le président aidez-nous à vous aider ».

Sidiki Doumbia

(stagiaire)

27 mars 2008.