Partager

En vue de désigner le représentant de l’Union pour la République et la Démocratie (URD) à la nouvelle Commission Electorale Nationale Indépendante (CENI) qui doit voir le jour d’ici le 1er octobre, une réunion de crise s’est tenue le samedi 13 septembre 2008 au siège du parti situé à N’Golonina.

Cette rencontre était présidée par Me Abdoul Wahab Berthé, 1er vice-président du parti en l’absence du président Younoussi Touré qui était du Centre International de Conférences de Bamako (CICB) pour prendre part à la 3ème conférence des partis politiques de l’Afrique de l’Ouest sur “la voie à suivre en vue de leur financement”.

Mandaté au président et au premier vice-président de trancher

Pour éviter toute polémique par rapport au choix de l’unique représentant du parti à la CENI, la réunion du Bureau Exécutif National (BEN) a donné mandat au 1er vice-président du parti qui présidait la rencontre et au président Younoussi Touré de communiquer au ministre de l’Administration Territoriale et des Collectivités Locales le nom de quelqu’un au nom du parti.

C’est de cette manière que les premiers responsables du parti de la poignée de main, emblème de l’URD ont voulu gérer la crise née de la prétention du 3ème vice-président, Abdoulaye Koïta de devenir pour la 3ème fois consécutive le représentant de l’URD dans la nouvelle CENI.

Qui est ce cadre que le président Younoussi Touré va désigner pour être les yeux, les oreilles et la bouche de l’URD dans la Commission Electorale Nationale Indépendante ? Que dit la loi électorale par rapport à la CENI ?


Composition de la CENI

Au niveau national, la Commission Electorale Nationale Indépendante (CENI) est composée de 15 membres. Chacun de ces quinze membres représente un parti politique ou un groupement de partis ou une organisation de la société civile reconnue à cet effet. Les 15 membres sont répartis comme suit :
– dix membres désignés par les partis politiques suivant une répartition équitable entre les partis politiques de la majorité et ceux de l’opposition ;
– un membre désigné par les confessions religieuses ;
– un membre désigné par le Syndicat Autonome de la Magistrature (SAM), un membre désigné par le Barreau, un membre désigné par les Associations de Défense des Droits de l’Homme (AHDH) et un membre désigné par la Coordination des Associations Féminines (CAFO).


Dr Beffon Cisse de l’URD en pôle position

Pour la 3ème fois consécutive, Abdoulaye Koïta, 3ème vice-président du Bureau Exécutif National (BEN) de l’Union pour la République et la Démocratie (URD) veut être le représentant de son parti à la CENI. Lorsqu’il a affiché ses prétentions, des voix se sont levées pour affirmer qu’une seule hirondelle ne peut faire le printemp. Des militants et responsables ont proposé au BEN un autre nom à la place de Abdoulaye Koïta.

De plus en plus, on parle le nom du Dr Beffon Cissé qui pourrait être le représentant de l’URD à la CENI. Tout comme M. Koïta, Beffon Cissé est membre du bureau exécutif national du parti, il est également le médecin de l’Assemblée Nationale. Dr Beffon Cissé est aussi celui qui anime les débats politiques au nom de son parti à la télévision nationale.

A plusieurs reprises, il a manifesté sa disponibilité pour l’URD pour avoir été le mandataire du parti au sein de la Commission de centralisation des résultats des votes au ministère de l’Administration Territoriale et des Collectivités Locales. A la Cour Constitutionnelle, quand il s’agit de la proclamation des résultats, Beffon est également présent au nom de l’URD.

La dernière apparition publique du Dr Beffon Cissé remonte au 24 août 2008 à la faveur des législatives partielles d’Ansongo où il était le représentant de l’URD au sein de la Commission de centralisation des résultats et à la Cour Constitutionnelle pour la proclamation des résultats.

Daba Balla KEITA

17 Septembre 2008