Partager

Le Mouvement Patriotique pour le Renouveau (MPR) traverse aujourd’hui une dure épreuve de son existence. En effet, depuis un certain temps, des incompréhensions minent le parti du“Tigre”, dues à des malentendus relatifs au choix du représentant du parti dans le nouveau gouvernement.

La mésentente est si réelle que certains cadres, qui plaident pour que le Choguel Maïga cède au profit du professeur Oumar Kanouté, n’ont pas pu accorder leurs violons avec les partisans de l’ancien ministre de l’Industrie et du Commerce.

La situation serait si grave qu’il faut craindre aujourd’hui un regain de scission au sein du parti. Le président Choguel doit céder au profit du professeur Oumar Kanouté, déclarent les partisans de ce dernier qui, selon eux, n’a guère démérité, depuis son entrée au parti.

Faut il le rappeler, le président du MPR, devenu ministre depuis le gouvernement du Premier ministre Ag Hamani, a occupé le fauteuil ministériel après avoir déposé son C.V. en même temps qu’André Traoré, cet autre cadre du parti. C’était au moment où l’alliance Espoir 2002 brillait de ses milles feux.

Devant le problème de choix auquel le Premier ministre était confronté à l’époque, le président IBK, chef de file de ladite alliance, avait donné un “coup de pouce” à celui qui était donné comme un de ses protégés.

La suite est connue: au lieu d’André Traoré comme ministre, ce choix fut porté sur Choguel Kokalla Maïga, président du MPR. Et depuis lors, Choguel est resté au gouvernement jusqu’à la démission de ses membres, la semaine dernière.

Avec la nomination d’un nouveau Premier ministre, certains cadres du MPR ont jugé bon que le président du parti laisse à présent la place à un autre, en l’occurrence, le professeur Oumar Kanouté, ancien député à l’Assemblée nationale.

De l’avis de la plupart de ces cadres, celui qui doit prouver ses compétences en participant au prochain gouvernement, au nom du parti, est le Pr Kanouté. Mais ce parti pris n’aurait pas été du goût du président des“Tigres” et ses partisans.

Pour les partisans du Professeur Kanouté, le bon sens et la sagesse doivent recommander à Choguel de laisser la place au premier, d’autant plus que le second a déjà assez duré dans le gouvernement.

Selon certains militants du parti, l’évidence est que le président du MPR, en tenant mordicus à l’objet de la discorde-ledit poste ministériel- ne semble mu que par ses propres intérêts. Et que son comportement au quotidien le démontre .

Depuis qu’il est mis à tête du département de l’Industrie et du Commerce, le président du MPR n’a montré aucun signe qui prouve son ambition pour le fauteuil de Koulouba, aux dires d’autres militants du parti. Or, ladite ambition est la raison d’exister de tout parti politique.

Mais pour Choguel Maïga, cette vision politique n’a, apparemment, point d’ importance, du moment que le parti figure dans le gouvernement. Autrement, de son point de vue, selon certains cadres MPR, il suffit d’avoir un poste ministériel et de s’occuper de l’entretien de quelques cadres et militants.

Cela est d’autant plus vrai que l’ancien opposant virulent d’hier -du temps de Alpha O. konaré- est devenu, depuis l’accession d’ATT à la Présidence de la République, et par la force des choses, l’un des supporters les plus tonitruants du régime.

Le MPR ne présentera pas de candidat contre ATT en 2007, si ce dernier est candidat”, avait lancé le premier responsable des Tigres en mai 2006, tout en expliquant les raisons de son soutien au Chef de l’Etat.

Pour le Dr Choguel Kokalla Maïga, la chose est simple: on ne peut pas participer à la gestion d’un pouvoir pendant tout un mandat et dire, à la fin de ce mandat, qu’on ne partage pas les acquis et insuffisances de ce pouvoir, et tenir ensuite des discours de campagne contre celui à qui on a dédié cinq ans de sa vie active.

La messe est donc dite pour Choguel: il assumera le mandat d’ATT qu’il défendra jusqu’au bout, et il ne sera pas candidat à la présidentielle de 2007, encore moins un autre cadre du MPR.

En tant que ministre au gouvernement de l’ancien Premier ministre Ousmane Issoufi Maïga, Choguel s’était beaucoup réjoui de la position de son parti qui consiste à accompagner ATT. Et son souci était de suivre le programme entamé par ATT.

A présent qu’il n’a pas été pris dans le nouveau gouvernement, cette absence aurait du l’inciter à accepter , la candidature d’un de ses camarades du MPR pour le poste de ministre. Car, on a beau dire, le parti regorge quand même de compétences capables d’occuper ledit poste.

Alors, questions: qu’est-ce qui oppose tant Choguel au Pr Kanouté au point que le président du MPR soit réfractaire à toute participation d’un des siens dans le gouvernement? A quoi jouerait-il donc, en se réclamant du soutien à ATT d’un côté, et de l’autre, en refusant la participation d’un cadre RPM au gouvernement?

Laya DIARRA

05 octobre 2007.