Partager

La République populaire de Chine organise des séminaires pour les journalistes de pays en développement, mais c’est la deuxième fois qu’un séminaire bilatéral est inséré dans la programmation. Le choix du Mali ne relève pas du hasard. C’est le fruit d’une amitié sincère.

Vingt-cinq hommes de médias maliens participent depuis le lundi 14 octobre 2013 à un séminaire bilatéral à Beijing (Chine). Organisé par le Bureau de l’information du Conseil d’Etat de Chine, c’est le deuxième du genre à l’intention de journalistes étrangers. Le 1er séminaire bilatéral était organisé pour la presse tanzanienne. Le choix du Mali pour succéder à la Tanzanie est une preuve supplémentaire de la sincérité de l’amitié sino-malienne.

Les relations de coopération et économiques entre le Mali et la Chine, qui datent des premières heures de l’indépendance malienne, le 22 septembre 1960, ont été évoquées et saluées à l’ouverture de la rencontre de 21 jours. Les travaux ont lieu au The Twenty-First Century Hotel.

Le directeur général adjoint du département des Affaires internationales du Bureau de l’information du Conseil des affaires d’Etat, Ding Xiaoming, a salué les hommes de médias maliens qui ont fait le déplacement et noté que même s’il n’est jamais venu dans notre pays, il sait que le Mali est un ami de longue date de la Chine, ajoutant que malgré les bouleversements mondiaux, le Mali reste un partenaire « fiable et sincère » de la Chine.

« Sur le Tibet, Taïwan et les droits de l’Homme, le Mali soutient la Chine. La Chine aussi soutient le Mali, sa stabilité et son intégrité territoriale », a confié M. Xiaoming. Il a aussitôt abordé les projets chinois dans notre pays (routes, ponts, hôpitaux…) et jugé qu’ils constituent un modèle des relations sino-africaines.

Faire voir, faire dire…

L’amitié entre l’Afrique et la Chine ira crescendo si l’on s’en tient aux propos de l’orateur qui en veut pour preuve la directive du XVIIIe congrès du Parti communiste chinois (PCC) qui a instruit au nouveau gouvernement de continuer d’accorder une grande importance à l’amitié à l’Afrique. « Maintenir cette relation est la pierre angulaire de notre politique extérieure », a témoigné le directeur général adjoint.

Tout en notant que son pays est la 2e économie mondiale, il a rappelé que la Chine populaire reste le plus grand pays en développement au monde.

Le chef du Centre de formation du Bureau de l’information du Conseil des affaires d’Etat, Hu Weiping, a signalé que le produit intérieur brut de la Chine représente 8000 milliards de dollars américains présentement, le PIB par habitant se situant entre 5 à 6000 dollars américains. « Mais il existe 100 millions de personnes qui vivent avec 1 dollar par jour, en particulier à l’Ouest. Une politique de développement de l’Ouest est en cours ».

Il a estimé entre 5 et 600 millions le nombre de jeunes adolescents chinois. « Ils jouent un rôle moteur et leur qualité sera décisive pour l’avenir du pays ».

En réponse à ses « jatigi », le chef de la délégation malienne, Hassana Diawara, conseiller technique au ministère de la Communication et des Nouvelles technologies, a qualifié le séminaire de « rencontre du donner et du recevoir ». « Il s’agit d’aller à l’école du modèle chinois qui peut profiter au Mali. Les thèmes sont d’actualité et les visites et excursions sont des moments attendus par les participants ».

Il a promis à la partie chinoise que dès leur retour au Mali, les participants feront ce qu’ils peuvent le plus : montrer la Chine au présent, la Chine des jeunes et la Chine dans plusieurs de ses aspects à travers leurs médias respectifs.

A suivre…

A. M. Thiam

(depuis Beijing)

21 Octobre 2013