Partager

Ousmane Cherif Madane Haidara a rencontré hier mardi la presse à son domicile à Banconi. La situation Nord Mali, les élections générales de 2012 et l’organisation du Maouloud étaient entre autres sujets abordés.

Mardi, El hadj Cherif Ousmane Madani Haidara a tenu sa traditionnelle conférence de presse qu’il organise chaque année après les festivités du Maouloud. Au cours de la rencontre, le prêcheur s’est prononcé sur la situation qui prévaut présentement au Nord de notre pays.

En invitant les Maliens à s’unir, le prêcheur a condamné les attaques des villes au Nord par les rebelles.

« Après la marche des épouses de militaires, nous avons échangé avec les autorités. Ceux qui ont pris les armes sont nos frères. Nous proposons le dialogue, ensuite ce qui est faisable sera fait. Maintenant ceux qui refusent le dialogue, méritent la sanction ».

Il a indiqué qu’il était disponible à jouer le rôle de médiateur entre les autorités et les rebelles.

Il s’est prononcé sur les élections de 2012. Selon lui, la politique est l’art d’administrer les hommes, « donc elle concerne l’islam ».

Est-ce que Haïdara accepte d’être ministre ? « Même si tous les Maliens me demandaient d’être président de la République, je n’accepterait pas », tranche-t-il

« Mon pouvoir est plus grand et durable que celui du président. Plusieurs présidents sont passés alors que je suis toujours à ma place. Si on me demande de designer un ministre je vais désigner, un homme de confiance ».

Sur le Maouloud, le prêcheur a dit que l’organisation de cette fête religieuse par son association, « An çar-dine », a coûté plusieurs centaines de millions. A ses dires plus de 50 000 personnes ont effectué le déplacement. Ils sont venus des quatre coins du monde.

Sidiki Doumbia

15 Février 2012