Partager

L’ancien Premier ministre de la transition malienne, Cheick Modibo Diarra est dans le collimateur de l’Etat depuis qu’il a été forcé à démissionner le 11 décembre 2012. Il est suspecté d’avoir détourné plus de 6 milliards de nos francs, destinés à aider les déplacés de la crise qui prévaut au Nord du Mali. En fait, ces fonds sont répartis en deux catégories. Le premier fonds, d’un montant de 3 milliards de FCFA, a été offert par le Royaume du Maroc tandis que le second d’un montant de 4 milliards 400 millions FCFA, est un don de l’Algérie. Ces deux fonds étaient logés dans le compte de la Primature à la Banque Malienne de Solidarité (BMS-SA) et l’ex-Premier ministre était le seul habilité à opérer des retraits. Malheureusement, cet argent n’a jamais servi le Mali puisque ni le Président de la République par intérim, Pr Dioncounda Traoré, ni le Capitaine Amadou Haya Sanogo, n’ont jamais été mis au courant de son existence par l’ancien Premier ministre. De sources bien informées, cet argent servait à financer le parti de Cheick Modibo Diarra, qui nourrissait une ambition présidentielle.

Il semble que le 11 décembre 2012, date à laquelle il a été contraint à démissionner de son poste, il ne restait plus dans le compte qu’un petit milliard de FCFA. Pire Cheick Modibo Diarra ne cessait de faire des retraits sur ledit compte. C’est ainsi que le 17 décembre 2012, il a fait retirer 212 millions de FCFA alors qu’il n’était plus Premier ministre. Autant de raisons mises en avant pour expliquer son empêchement de quitter le Mali, précise notre source. L’Etat veut, en effet, des éclaircissements par rapport à ces fonds.

Alou B HAIDARA

07 Janvier 2013