Partager

Autrefois, l’armée malienne était dans une position défensive. C’est les terroristes qui venaient attaquer l’armée ensuite, elle ripostait. Mais de nos jours, nous voyons une armée offensive. C’est elle qui va attaquer les terroristes. C’est ainsi que nous avions approché le député Belco Ba, homme politique et citoyen du centre, une zone d’insécurité actuellement au Mali, afin qu’il donne son avis.

La défense, c’est quand l’ennemi attaque et que le camp adverse riposte. On parle d’offensive quand c’est le camp adverse qui attaque l’ennemi. Nombreux sont ceux qui pensent que l’armée malienne ne devrait pas rester dans un camp à attendre l’ennemi par rapport au mode d’opération des terroristes. Notre interlocuteur fait aussi partie de ces gens qui pensent ainsi. « Bravo à nos forces de sécurité ! De nos jours, si l’armée prend l’initiative d’aller chercher, déloger, neutraliser les terroristes, je pense qu’elle est à encourager. Qu’elle sache que cette tactique d’être toujours dans un camp n’est pas payante. D’après le bilan de l’armée, plus d’une cinquantaine de terroristes ont été neutralisés. C’est parce qu’elle été allée à l’offensive. Si elle était restée à la défensive, peut être qu’il n’y aurait pas au tant de terroristes neutralisés. »

Aujourd’hui, l’appui d’autres forces armées dans notre pays est source de discussion. Certains pensent que ce n’est pas utile, d’autre pensent le contraire. Belco Ba affirme, lui, qu’il faut ouvrir les yeux car, le pays est dans une situation extrêmement difficile. Selon lui, le Mali est un espace très vaste avec des moyens humains très limités des forces armées de sécurité. L’appui des forces amies comme Barkhane ou la Minusma est très déterminant pour que nous puissions sortir de cette situation aujourd’hui. Je suis étonné que des hommes politiques à un certain niveau aient une autre idée de ces forces armées qui nous appuient depuis longtemps. Le Mali a aidé la France et d’autres pays pendant la guerre civile, les militaires maliens sont intervenus dans beaucoup de pays et nous en sommes fiers, et pourquoi on ne souhaite pas que ceux-ci nous viennent en aide pour telle ou telle raisons? Aucun pays ne souhaite être dans la même situation que nous. Je profite alors pour faire comprendre aux Maliens ; dire que Barkhane ou la Minusma est ça, il y a combien de militaires maliens qui sont dans les instances de maintien de paix dans le monde, ils sont très nombreux. Etant en difficulté et que des pays frères viennent nous aider, je pense que c’est à saluer. Ne voyons pas cela en ennemi ».

L’homme politique nous donne aussi l’historique de l’installation de ces terroristes dans notre pays. « Ils sont de toutes nationalités ; ils ont eu à être sur le terrain pendant des années depuis 2000 ; peut être à l’insu des gens. Ils étaient en train de s’installer au Mali. Ils ne sont pas venus subitement. Ils ont marié des Maliennes, trouvés des relations familiales et sociétales petit à petit. Donc, c’est en 2012 que l’ordre est venu de la Libye, mais ils avaient déjà des racines au niveau de la population malienne. Avant la force Barkhane, en 2013 on a reçu l’aide de la force Serval et sans eux, on n’en serait pas là aujourd’hui.

Et je suis convaincu qu’aujourd’hui, si Barkhane et la Minusma se retirent du terrain, en 48h les terrorismes vont prendre Bamako. Il faut admettre qu’on n’a pas une armée avec un nombre suffisant, avec les moyens sécuritaires pour contenir les terroristes. Je souhaite que les Maliens comprennent que c’est ensemble, nous Maliens d’abord, en se donnant la main, ensuite l’appui des pays amis pour nous aider, que le Mali va se stabiliser », a-t-il conclu.

Emma Fifamè NOUNAWON
Le Soleil hebdo du 31 Octobre 2019