Partager

Le changement climatique a atteint une proportion telle qu’il faut prendre en compte ce facteur dans la dimension du développement du pays. L’Union européenne a décidé de financer, en faveur du Mali, le projet « Alliance globale sur le changement climatique » pour un montant de 5,650 Millions € soit environ 3 706 157 050 F.CFA pour aider le pays à concevoir et mettre en œuvre des politiques et stratégies relatives au changement climatique, avec une attention particulière aux questions de reboisement et de gestion des ressources forestières.

Le représentant de l’Union européenne, Didier Verse, s’est félicité de la présence du président de l’Association des municipalités du Mali (AMM), Boubacar Bâ Bill, qu’il a qualifiée d’encourageante, compte tenu de son envergure qui englobe toutes les communes du Mali. L’union européenne fait de la question du changement climatique un sujet capital. En vue de la disponibilité de capacité de dialogue politique, le représentant de l’Union européenne a mis l’accent sur la nécessité de la mise à niveau.

« C’est de l’avenir de toute la planète et non pas seulement de celui du Mali qu’il est question », a indiqué Didier Verse. Il a révélé que l’Union européenne va avoir un programme de Changement climatique au Mali, qui mettra l’accent sur le « reboisement utilitaire », ce qui permettra d’épargner les forêts primaires. Ce programme s’attellera à faire un inventaire forestier en vue d’une gestion active.

A cela s’ajoutera un appui institutionnel en direction des différents ministères, sans compter les besoins de formation auxquels il fera face. Des interventions sont prévues dans le cadre des politiques sectorielles, dans le cadre de ce programme de 3 milliards et demi cofinancé par le mali et l’Union européenne.

Le changement climatique était au centre d’un atelier à l’hôtel Nord-Sud le 17 juin, dont la cérémonie d’ouverture était sous la présidence du Secrétaire général du ministère de l’Environnement et de l’Assainissement, l’Ambassadeur Sékouba Cissé, représentant le ministre des Affaires étrangères et de la Coopération internationale. L’Union européenne était représentée par Didier Verse et le ministère de l’Environnement par le Secrétaire général Abdoulaye Berthé.

Le président de l’Association des municipalités représentait les communes à cette cérémonie. Le Directeur de Mali Folkcenter Ibrahim Togola était également à cette cérémonie.

Cet atelier vise à permettre aux participants d’ avoir une meilleure connaissance des aspects scientifiques du réchauffement climatique, de son impact sur les politiques de développement en général et sur celles du Mali en particulier, des différents acteurs nationaux et internationaux concernés par la problématique du changement climatique au Mali, du programme « Alliance Globale contre le Changement Climatique (AGCC) -Mali financé par l’Union Européenne, des mesures concrètes envisageables pour accroître le couvert agro-forestier, compte tenu de son rôle dans la séquestration du carbone, des dispositions à prendre pour assurer la qualité et la durabilité des actions de l’Alliance globale contre le changement climatique au Mali.

Le Secrétaire Général du ministère de l’Environnement et de l’Assainissement, Abdoulaye Berthé, a souligné l’adoption par le Mali en 2007 d’une politique nationale et d’un plan d’action national d’adaptation au changement climatique en vue de réduire les effets néfastes du phénomène.

Un plan quinquennal de reboisement en vigueur s’inscrit dans cette politique.

Selon le représentant du ministère des Affaires étrangères et de la Coopération internationale, l’Ambassadeur Sékouba Cissé, cet atelier est le fruit d’une réflexion partagée entre les services de l’Ordonnateur National (ministre des Affaires étrangères et de la Coopération internationale) et la Délégation résidente de l’Union européenne. Il s’inscrit en droite ligne de la compréhension et l’appropriation du concept mis en place par l’Union Européenne au niveau mondial, à savoir, « l’Alliance Globale sur le Changement Climatique ».

Cette Alliance s’articule autour de deux axes forts. Il s’agit d’une plateforme de dialogue politique visant à promouvoir une vision partagée entre l’Union Européenne et les pays les moins développés sur le régime post Kyoto. Et d’un engagement fort de l’Union Européenne d’appuyer financièrement les mesures d’adaptation et d’atténuation qui s’imposent dans les pays les moins avancés en matière d’efficacité de gestion de l’eau, de santé, de recherche agricole, de gestion des ressources forestières et de réduction des risques, a indiqué Sékouba Cissé.

Pour concrétiser cet engagement, l’Union européenne a décidé de financer en faveur du Mali, le projet « Alliance globale sur le changement climatique » pour un montant de 5,650 Millions € soit environ 3 706 157 050 F.CFA pour aider le pays à concevoir et mettre en œuvre des politiques et stratégies relatives au changement climatique, avec une attention particulière aux questions de reboisement et de gestion des ressources forestières. La signature de la convention de financement n’est qu’une question de jour.

B. Daou

18 Juin 2010