Partager

La ville de Kayes avec une chaleur torride n’a d’autres choix que de procéder au reboisement intensif de porte-à-porte pour ne pas disparaître. Un arrêté municipal est nécessaire pour plier la population à s’assumer pour éviter l’hécatombe.

La ville de Kayes et Djibouti sont les villes les plus chaudes au monde, selon une étude financé par l’Union européenne il y a une dizaine d’année. C’était avant les effets néfastes des changements climatiques. Aujourd’hui, la ville de Kayes dispose une flore en perte de vitesse, synonyme de la monté du dégrée de la chaleur. Selon, cette étude si rien n’est fait d’ici sous peu, la ville de Kayes sera vidé petit à petit de sa population soit par la transhumance des espèces animales ou par le nombre de décès au sein des espèces animales et humaines menacées par la montée du dégrée de la température.

Remède
Pour éviter cette hécatombe, un chercheur spécialisé dans le domaine de la protection de l’environnement invite les autorités communales à prendre des dispositions pour inviter la population à un reboisement intensif, à savoir planté des arbres porte-à-porte et les nouveaux lotissements pour pallier cette catastrophe écologique qui menace d’extinction la ville de Kayes. Il faut noter que cette ville avait bénéficié sur financé de l’Allemagne une ceinture verte en 1988 qui avait révolutionné la température à Kayes, où il faisait beau vivre dans la capitale colonial des rails.

O. D.

L’Indicateur du Renouveau du 14 Juin 2016