Partager


Le Contrôleur Général de la police, Yacouba Diallo passe le témoin à son homologue Niamé Kéïta


Dans une manifestation qui consacre le chef des forces de la Police nationale tenue à l’Ecole nationale de police, hier lundi 16 juin 2008, le Contrôleur général de police, Yacouba Diallo, a officiellement passé le témoin au Contrôleur général de police, Niamé Kéita. La cérémonie était présidée par l’Inspecteur en chef de la Police nationale, le Contrôleur général de police Mamadou Niakaté.

Etaient présents à la cérémonie : le chef d’Etat-major de la Garde nationale, le Directeur général de la Protection civile, le colonel Mamadou Traoré, les policiers de la Coopération française, les Directeurs et les Commissaires de police. C’est à 9 heures très précisément que le Directeur sortant, le Contrôleur général de police Yacouba Diallo et son remplaçant, le Contrôleur général de police, Niamé Kéïta, ont été accueillis par la musique de la fanfare de la Garde nationale.

C’était dans un cérémonial purement militaire que le Directeur général de la Police sortant Yacouba Diallo a passé le témoin à son remplaçant, Niamey Kéïta, sous la supervision de l’Inspecteur en chef de la police nationale, le Contrôleur général de police, Mamadou Niakaté.

La cérémonie s’est terminée par un défilé majestueux des toutes les forces de la Police nationale.Très ému, le nouveau Directeur général de police, Niamé Kéïta, a qualifié l’événement de première dans l’histoire de la Police. «Nous avons voulu donner un éclat particulier à l’événement.

C’est une première après notre démilitarisation d’organiser une passation de témoin qui est une cérémonie de l’armée. L’organisation a été parfaite et tous les corps étaient représentés. Je pense que cela va se pérenniser. Une fois de plus, l’organisation était impeccable et tous les corps représentés au niveau de la Police».

Le nouveau Directeur de la Police nationale place la nouvelle direction sous le signe de la rigueur dans la gestion publique mais dans l’intérêt de la population. «Avec la discipline, le désordre disparaît. Qui dit discipline dit bon ordre et bonne gouvernance». a-t-il martelé.


P.F.M

17 Juin 2008