Partager

Pour sa première sortie, la sélection nationale a fait le boulot, en battant le Burkina Faso 1-0, grâce à une réalisation de l’arrière latéral, Siaka Bagayoko «Chato». Ce succès permet au Mali de prendre la tête de la poule A avec trois points, à égalité avec l’hôte du tournoi, le Cameroun qui l’a emporté sur le même score face au Zimbabwe

Tous les entraîneurs vous le diront, dans un tournoi, le premier match est toujours important et doit être négocié pour éviter de prendre la calculette, d’entrée de jeu. C’est dire que les Aigles locaux ont réalisé une très bonne opération, en dominant 1-0 les étalons du Burkina Faso, samedi au compte de la première journée du Championnat d’Afrique des nations (CHAN), Cameroun 2021. L’unique but de la partie porte la signature du latéral Siaka Bagayoko «Chato» à la réception d’un corner de l’autre latéral Issaka Samaké et dont la tête lobée a surpris le gardien burkinabé, Aboubacar Sawadogo (70è min). Un but qui traduit parfaitement le grand match réalisé par les deux latéraux maliens et leur rendement offensif. Et dire que Chato fait partie, avec le gardien Djigui Diarra, des joueurs les plus petits de l’effectif des Aigles locaux.

Sur l’ensemble de leur prestation, les Aigles locaux ont dominé le match et se sont créés les meilleures occasions. Certes, la première demi-heure a été à l’avantage des étalons, plus présents dans l’entre-jeu et qui ont, par moments, fait courir les Maliens derrière un ballon insaisissable. Mais passée cette demi-heure, les protégés du sélectionneur national, Nouhoum Diané ont repris le match en main et obligé leurs adversaires à jouer dans leur moitié de terrain. En deuxième période, la domination malienne s’est accentuée, surtout après l’intégration de Moussa Koné et Makan Samabaly sur le front de l’attaque. La sélection nationale aurait même pu l’emporter par un score plus large, si le gardien du Faso, coupable sur le but de Chato, n’avait sorti le grand jeu, en détourant un centre-tir de Moussa Koné qui prenait la direction de la lucarne. Dans la foulée, Chato obtiendra une énorme occasion, mais la reprise du latéral malien survolera la cage de Sawadogo (78è min). Score final : 1-0 pour les Aigles locaux qui rejoignaient, ainsi, les Lions Indomptables du Cameroun qui l’ont également emporté par le strict minimum 1-0, en ouverture du tournoi face au Zimbabwe. À l’issue donc de la première journée de la poule A, le Cameroun, pays hôte du CHAN et le Mali occupent la tête du classement, avec trois points chacun, devant le Burkina Faso et le Zimbabwe, zéro unité.

FINALE DE LA POULE-
Considérés comme les favoris logiques du groupe, le Cameroun et le Mali ont donc tenu leur rang et marqué déjà leur territoire. Pour autant, rien n’est encore joué dans la course à la qualification, ni pour l’hôte du CHAN, ni pour la sélection nationale. Et pour cause, il n’y a que trois points entre les deux premiers de la poule et les deux derniers et il faut attendre les résultats des matches de la deuxième journée pour pouvoir faire des projections pour la suite des événements. Fort de ce constat, le choc Cameroun-Mali du mercredi 20 janvier sera comme une finale pour les deux sélections. Le vainqueur de cette confrontation, si vainqueur il y a, sera assuré de prendre seul la tête du classement avec six points et ce, quel que soit le résultat de l’autre match qui mettra aux prises les deux vaincus de la journée inaugurale, le Burkina Faso et le Zimbabwe. Mais la victoire ne sera pas forcément synonyme de qualification pour les Camerounais et les Maliens, un succès de l’une ou de l’autre sélection doit être combinée avec un nul entre les étalons du Faso et les Warriors zimbabwéens.

Et quand on sait que ces deux pays ont le couteau sous la gorge après leur faux pas initial face, respectivement aux Aigles locaux et aux Lions indomptables, on peut s’attendre à une belle bagarre. En tout cas, Burkinabé et Zimbabwéens n’ont pas le choix, ils doivent impérativement gagner pour préserver intactes toutes leurs chances de qualification pour le deuxième tour. La pression sera donc très forte pour les deux sélections, contrairement au Mali et au Cameroun qui peuvent se permettre un faux pas lors de leur prochaine sortie pour ensuite valider leur ticket lors de la troisième et ultime journée de la phase de poules. Mais si le capitaine Djigui Diarra et ses coéquipiers se battent pour se qualifier avant la dernière journée de la phase de poules, ce sera mieux.

Souleymane B. TOUNKARA

Source: L’Essor