Partager


Pour les équipes régionales, le Championnat National TOP 8 de Basket-ball qui s’est déroulé à Bamako du 5 au 13 Septembre 2008 est vite à oublier. C’est dire que ces équipes ne doivent plus compter sur les titres de champion, tant au niveau des garçons que des filles.

En effet, bien des membres de délégations sont unanimes à constater que les équipes de l’intérieur ont été mal hébergées, avec une alimentation que laisse à désirer. “La nourriture qu’on nous offrait est inqualifiable. Même les prisonniers de la maison d’arrêt de Bamako refuseraient cela. On pense que dans nos régions, on ne mange pas de spaghettis (macaroni)” , ont déclaré, en substance, les membres de certaines délégations.

On sentait même que certains membres du bureau fédéral faisaient du parti pris en faveur des équipes de Bamako. “On les voit souvent aller donner des consignes aux équipes de Bamako, lorsque celles-ci jouent contre les équipes régionales. Or, à notre entendement, ils sont là pour le basket-ball national, et ils sont censés défendre tout le monde” , a ajouté un membre d’une équipe régionale.

Pourtant, avec le nouveau contrat signé avec ORANGE-Mali, on pensait que ces problèmes, qu’on peut d’ailleurs qualifier de banals, n’allaient jamais surgir. Et ces équipes de l’intérieur n’ont demandé ni moins ni plus que d’être dans des conditions adéquates pour être à la hauteur du TOP 8. Mais hélas, les responsables de la Fédération Malienne de Basket-Ball (FMBB) ne l’ont pas entendu de cette oreille.

Ils préfèrent sauvegarder leurs propres intérêts personnels.
Sinon, comment comprendre que dans ce contrat, oil est dit qu’on devait être bien logés et nourris. Mais depuis que ses 210 millions ont été offerts par ORANGE-Mali, ce fut le début des chantages et de tous nos calvaires. Qu’on nous dise réellement si le contrat est là pour l’intérêt du basket ou celui des responsables uniquement
”, a déclaré un autre membre d’une équipe régionale.

Pourtant, avec ce contrat, tous les observateurs de la balle au panier avaient cru que le TOP 8 allait être décentralisé. En tout état de cause, si les responsables de la fédération veulent l’avancée de cette discipline, ils doivent chercher à équilibrer toutes le équipes participantes au TOP 8 en les mettant à égalité.

Il est inadmissible que le basket-ball malien revienne en arrière, au moment où il s’est aujourd’hui classé au firmament du basket-ball mondial. Pour preuve, le Mali est Champion en Juniors, Espoirs et Seniors, même si c’est au niveau des Dames. On n’oublie pas non plus la Coupe des clubs champions féminins en 2005 remportée par le Djoliba.

Aussi, tout le monde se pose aujourd’hui une question : l’absence de l’ancien président de la fédération, Hamane Niang, aurait-elle joué? Ou existe-t-il des dissensions entre les membres de l’actuel bureau fédéral dirigé par Abdallah Haïdara? Pourtant, ne dit-on pas que l’administration est une continuité ?…

Mais une chose est évidente : les équipes de l’intérieur sont victimes d’une discrimination avérée. Ce qui influe négativement sur les résultats de ces équipes. Pourtant, ce n’est ni le talent, ni la volonté qui manquent à ces joueuses et joueurs venus de l’intérieur.

Aujourd’hui, on comprend pourquoi certaines équipes de l’intérieur n’ont pu répondre à tous les espoirs et attentes fondé sur elles. Mais ne dit-on pas aussi que “ventre affamé n’a point d’oreille”? L’adage sied parfaitement aux équipes de l’intérieur, pour avoir été abandonnées à leur propre sort.

C’est donc sans surprise qu’on a assisté à la qualification des équipes de Bamako pour le Play-Off. Ainsi, le Djoliba est parvenu à faire qualifier ses Garçons et Filles, et cela, grâce à son puissant président, Alou Sanogo.

Grâce à ses stars formées au Djoliba et à la faveur d’un recrutement de joueuses à la Gendarmerie, l’USFAS (Dames) est en train de faire la fierté des Militaires. Ainsi que le Réal (Messieurs), grâce à l’expérience de ses joueurs et surtout, de leur “mythique“ entraîneur, Zoumana Coulibaly.

Notons que le Play-Off, dernière phase du championnat, se jouera en cinq matches. Et l’équipe qui aura gagné 3 matches sera sacrée Championne 2008, tant du côté des garçons que de celui des Filles.

Comme on le remarque donc, il sera très difficile, aux équipes de l’intérieur, de parvenir à ce Play-Off, à cause de l’attitude inadmissible de ceux-là mêmes qui sont censés les défendre. Car tous les moyens semblent utilisés pour les déstabiliser. C’est après tout cela qu’on se rend compte que ces équipes régionales sont vidées de leurs valeureux joueurs, au profit des équipes de Bamako.

Sadou BOCOUM

17 Septembre 2008