Partager

Le team de Hérémakono a fait un grand pas vers le sacre en battant le CSD 3-0 en match en retard de la 24è journée. De son côté, l’AS Bakaridjan s’est promenée devant la J.A. battue 5-1

Le match nul (0-0) concédé face aux Algériens du CR Belouizdad au tour de cadrage de la coupe CAF n’a pas, semble-t-il, entamé le moral des supporters du Djoliba. C’est le moins que l’on puisse dire après la démonstration de force des inconditionnels de Hérémakono, jeudi dernier à l’occasion du match en retard de la 24è journée du championnat contre le CSD à Koulikoro.

jpg_djoliba-19.jpgAu total, une demi-dizaine de bus ont été mobilisés par les supporters djolibistes, direction le stade Mamadou Diarra H où de grands drapeaux rouges seront déployés partout dès 14h par les premiers arrivants. Les rapports de force étaient déséquilibrés.

D’un côté, il y avait la petite poignée de supporters locaux conduits par un seul batteur de tam-tam et de l’autre, la déferlante marrée rouge qui chantait et dansait au rythme de divers instruments de musique. Et lorsque Kalilou Doumbia débloque le tableau d’affichage après seulement 25 minutes de jeu, on n’entendra plus que les seuls supporters de Hérémakono dans un stade Mamadou Diarra H presque plein.

Bien sûr, l’infatigable batteur de tam-tam du CSD continuera sa percussion tout comme son complice du jour, un autre supporter qui soufflait de temps en temps dans une vuvuzela. Mais seuls, les deux supporters locaux individus ne pourront rien contre la vague rouge. Sur la pelouse proprement dite, le match était plus ou moins équilibré. Bien que menés au tableau d’affichage, les joueurs du coach Issa Kolon Coulibaly ne paniquaient pas et tentaient de poser le jeu. Mais en face, l’arrière-garde du Djoliba veillait au grain.

L’attaquant du CSD, Seydou Ballo eut beau multiplier le incursions, il ne parviendra pas à tromper la vigilance de la défense adverse commandée par deux gladiateurs, Sékou Bagayoko et Kalilou Doumbia. La mi-temps interviendra sur ce score d’un but à zéro pour les visiteurs. Au retour des vestiaires, les locaux commencent la partie le pied au plancher.

Sous la houlette d’un Seydou Ballo « Seydou Balani » très actif sur le front de l’attaque, ils multiplient les alertes devant les buts du keeper Cheick Oumar Bathily. Visiblement gênés par l’état de la pelouse, les Rouges subissent le jeu et sont quelque bousculés par leurs adversaires en ce début de deuxième période. Mais sur un contre rapide, Yahaya Coulibaly porte le coup de grâce au CSD en marquant le deuxième but du Djoliba (54è min). Lancé dans le trou par Lamine Dawara, l’attaquant djolibiste s’y prend par deux fois pour battre le pauvre Bayaya Yaméogo abandonné par ses défenseurs.

Les carottes sont cuites pour les joueurs des « 7 Villages » puisque peu après l’heure, Ousmana Cissé se charge de tuer définitivement le suspense en portant le score à 3-0, suite à un penalty sifflé pour une faute de Sory Traoré sur Yahaya Coulibaly (68è min). Sur le coup, le défenseur du CSD écopera d’un deuxième carton jaune synonyme d’exclusion. Les Rouges obtiendront un deuxième penalty en fin de partie, mais le tir d’Ulysse Diallo sera repoussé par Bayaya Yaméogo (86è min).

Auparavant, l’actuel meilleur buteur du championnat junior avait perdu deux face à face avec le keeper koulikorois. Ulysse Diallo dont c’était le premier match avec l’équipe « A », avait été intégré en deuxième mi-temps à la place de Karim Sogoba blessé. Dès lors, on comprend pourquoi le jeune attaquant du Djoliba a pleuré à chaudes larmes au coup de sifflet final du référé central, Brahima Welé. Mais qu’importe que le natif de Brazzaville ait raté ses débuts avec l’équipe « A ».

Car pour le Djoliba, l’essentiel était déjà fait à savoir la victoire qui permet à l’équipe de prendre la tête du classement à deux journées de la fin de la compétition. Depuis jeudi donc, les Rouges se sont mis dans la bonne direction de marche pour le titre suprême, totalisant le même nombre de points (55) que le Stade malien, mais avec une différence de but particulière favorable.

Cela revient à dire que si les pensionnaires de Hérémakono gagnent leurs deux derniers matches contre les Onze Créateurs et l’AS Police, ils seront sacrés champions du Mali 2009-2010 et ce, quels que soient les résultats du Stade malien. Mais si Cheick Oumar Bathily et ses coéquipiers échouent à faire le plein, leur sort dépendra alors des résultats des Blancs qui affronteront l’AS Bakaridjan et le COB.

Pour le moment, la seule certitude du championnat est la qualification du Djoliba et du Stade malien pour la prochaine Ligue des champions d’Afrique. Car avec 55 points au compteur, les deux équipes sont déjà hors de portée du troisième du classement, le CSK (40 unités avant le match d’hier contre le Sigui de Kayes).

Dans le bas du tableau également, c’est toujours l’incertitude et bien malin est celui qui pourra dire le nom des deux équipes qui seront reléguées à l’issue du championnat. Seulement trois points séparent le 10è du classement, les Onze Créateurs (24 points) du dernier, le Sigui de Kayes (21 pts, 14è) et entre ces deux formations il y a l’USFAS (23 pts, 11è), le Stade malien de Sikasso (22 pts, 12è) et l’AS Bakaridjan (22 pts, 13è). Le suspense est entier et tout reste encore possible à deux journées de la fin de la compétition. Tant mieux pour le spectacle.

Jeudi 22 juillet au stade Mamadou Diarra H. de Koulikoro

CSD-Djoliba: 0-3

Buts de Kalilou Doumbia (25è min), Yahaya Coulibaly (54è min) et Ousmana Cissé (68è min s.p).

Exclusion de Sory Traoré (68è min) et Yacouba Sidibé (86è min) du CSD.

Arbitrage de Brahima Welé assisté d’Amadoun Kola Cissé et Nouhoum Bamba.

CSD : Bayaya Yaméogo, Youssouf Coulibaly, Mamoutou Danfaga,

Yacouba Sidibé, Bourama Togola, Bourama Coulibaly, Souleymane Diallo

(Mamadou Doumbia) Lassine Soumaoro (Seydou Traoré), Sory Traoré,

Koffi K. Arsène (Cheick Diallo) et Seydou Ballo.

Entraîneur : Issa K. Coulibaly.

Djoliba : Cheick Oumar Bathily, Sékou Bagayoko (cap), Kalilou Doumbia,
Issa Traoré (Abdoulaye Tamboura) , Sory Bangoura, Lamine Diawara,
Karim Sogoba (Ulysse Diallo), Ousmana Cissé, Yahaya Coulibaly et
Mintou Doukouré (Lassana Diallo).

Entraîneur : Arouna Macalou.

Souleymane Bobo Tounkara

L’Essor du 26 Juillet 2010.