Partager

Après trois défaites consécutives en finale, Ablo, comme l’appellent familièrement les supporters, a enfin remporté son premier titre de champion, en dominant Bréhima Kouma 2 Sets à 1, samedi, au Tennis club de Bamako. Chez les Dames, la tenante du titre, Aïchata Keïta, a renouvelé son bail face à sa grande rivale Kadia Dabo, battue en deux Sets

 Accroupi, Abdoulaye Bagayoko rend grâce à Dieu. Puis, il se relève, cache son visage avec les deux mains, avant de lever les deux bras au ciel. Le joueur s’élance ensuite vers les supporters, ses fans. Le samedi 29 janvier 2022 restera longtemps dans la mémoire d’Abdoulaye Bagayoko. Et pour cause : cette date marque la première victoire de sa carrière dans un grand tournoi, à savoir le championnat national. 

L’attente aura duré plusieurs années pour le pongiste de la Ligue de tennis du District  de Bamako, mais Abdoulaye Bagayoko ne s’est jamais laissé abattre par les multiples échecs concédés face notamment à l’actuel N°1 malien, Seydou Diallo «Benké» (trois défaites en finale). Sa persévérance a été récompensée, le samedi 29 janvier : le joueur s’est hissé sur la plus haute marche de la 43è édition du championnat national, en battant en finale son coéquipier Bréhima Kouma 2 Sets à 1. 

Le choc entre les deux joueurs a tenu en haleine le public du Tennis club de Bamako (TCB). La partie a mal débuté pour Abdoulaye Bagayoko qui a perdu le premier Set 4-6.

Dès l’entame du deuxième Set, Ablo, comme l’appellent familièrement les supporters, se montre plus entreprenant. Porté par son orgueil et une envie de marquer le coup, le pongiste, accélère, retourne mieux et joue plus près de sa ligne de fond de court. Résultat : il s’impose 6-3 et égalise à un Set partout après 1h30 minutes de combat. 

Le compteur remis à zéro, les deux protagonistes commencent le troisième round (tie-break) avec la ferme intention de faire la différence. C’est Bréhima Kouma qui s’illustre au début de cette manche décisive, en menant 3-0 au tableau d’affichage. Mais, contre toute attente, le joueur se fait rattraper par son adversaire. à 5-5, Ablo s’offre deux balles de break. Bréhima Kouma sauve la première mais cède sur la deuxième, suite à une faute de coup droit. Score final : 6-5 pour Abdoulaye Bagayoko qui inscrit ainsi son nom au palmarès du championnat national pour la première fois de sa carrière (le tenant du titre, Seydou Diallo se trouve en Turquie depuis quelques mois). 

«Je suis très content de ce premier sacre dans un tournoi majeur. J’ai perdu trois finales, c’était ma quatrième finale de suite cette année, Dieu merci, j’ai gagné. J’ai eu la chance de remporter le championnat dans les catégories d’âges, en minimes, cadets et juniors, mais jamais chez les seniors. Je remercie mes supporters, sans leur soutien, je n’aurais peut-être pas gagné aujourd’hui» (samedi, ndlr), a réagi Abdoulaye Bagayoko, après son sacre. «Je vais continuer à travailler pour remporter d’autres trophées», a ajouté le nouveau champion du Mali. 

Sur le tableau féminin, la tenante du titre, Aïchata Keïta, a renouvelé sans surprise son bail, en dominant Kadia Dabo deux Sets à 0 (6-0, 6-3). Les deux vainqueurs, Abdoulaye Bagayoko et Aïchata Keïta ont reçu, respectivement 300.000 Fcfa et 150.000 Fcfa, contre 200.000 Fcfa et 100.000 Fcfa pour leur dauphin. Dans son allocution de clôture, le nouveau président de la Fédération malienne de tennis (FMT), Amadou Togola, a exprimé sa satisfaction, en soulignant la participation massive des Ligues régionales à la compétition.

«C’est une mobilisation sans précédent, toutes les Ligues affiliées à la fédération, de Kayes à Kidal, ont participé cette année au championnat. Cerise sur le gâteau, nous avons assisté à une finale de très belle facture. Je félicite les finalistes et l’ensemble des joueurs qui ont gratifié le public d’un beau spectacle tout au long de cette 43è édition du championnat», a déclaré Amadou Togola. 

«Chaque année, a ajouté le premier responsable du tennis national, nous organisons 9 à 10 tournois, mais pour la nouvelle saison qui va démarrer bientôt, nous souhaitons mettre en place un tennis accessible à un plus grand nombre de pratiquants, un tennis attrayant et aimé de tout le monde. L’une de nos priorités est de produire dans les années à venir, des joueurs d’élite. Pour atteindre cet objectif, nous sommes convaincus qu’il faut investir, renforcer les acquis, prendre des initiatives fortes et faire des formations à tous les niveaux».       

Le président de la FMT avait à ses côtés, les représentants du ministère en charge de la Jeunesse et des Sports, Diakaridia Diakité et du Comité national olympique et sportif (CNOS-Mali), Kissima Sylla.  Au total, 126 joueurs et joueuses, issus des Ligues du pays ont participé au championnat national qui s’est déroulé du 27 au 29 janvier. Les matches se sont déroulés au TCB, le temple du tennis malien. 

Source : L’Essor