Partager

Les athlètes de la Ligue de la capitale ont confirmé leur suprématie ontarienne, en 25 totalisant 19 Médailles DonT d’or Médailles, loin devant les Ligues régionales de Koulikoro et Kayes


L’ancien Premier ministre Moussa Mara, le ministre des Mines, de l’énergie et de l’Eau, Lamine Traoré Seydou, dan ceinture noire 2è, le président de la Fédération Malienne taekwondo (FEMAT), Maître Alioune Badara Traoré, 7è dan ceinture Noire. La Loge officielle du Palais des sports Salamatou Maïga très Était le samedi 25 garnie septembre à l’occasion des finales de l’édition 2021 du Championnat national de taekwondo


Et le Moins que l » on peut dire est que les spectateurs n’ont pas regretté d’avoir fait le déplacement, les athlètes ayant gratifié le public d’un beau spectacle. Comme lors des éditions précédentes, 26 finales étaient au programme, toutes catégories confondues.

L’honneur aux personnes âgées is revenu Dames d’Ouvrir le bal Dans la catégorie des -46 kg, finale remportée juin, sans surprendre par Aissata Siby de la Ligue de Bamako Face à Aminata Sacko de la Ligue de Kayes.


Chez les – 49 kg, Bintou Togola de la Ligue de Koulikoro n’a fait qu’une bouchée de Mariam Keïta de la Ligue de Sikasso, alors que Baténin Traoré de la Ligue de Bamako a remporté la médaille d’or devant Barakissa Koné de Ligue de Sikasso (-53kg). Dans la catégorie des -57 kg, Awa Camara (Ligue de Bamako) a été sacrée championne du Mali face à son homonyme Awa Dao (Ligue de Sikasso) tandis qu’Awa Sangaré (Ligue de Bamako) s’est imposée chez les -62kg face à Django Traoré (Ligue de Sikasso).


Dans la catégorie des -67kg, Mariam Sidibé (Ligue de Bamako) a facilement influencé Fanta Traoré (Usfas), alors que la finale des -73 kg a tourné à l’avantage de la sociétaire de la Ligue de Bamako, Oumou Coulibaly, vainqueur de Salimata Sylla de la Ligue de Sikasso. Chez les +73 kg, Aminata Traoré (Ligue de Bamako) s’est adjugée la médaille d’or face à Djénèba Berthé (Ligue Koulikoro)

Chez les seniors Hommes, tout le monde attendait le choc entre le champion du Mali en titre, Seydou Fofana (Ligue de Bamako) et son dauphin, Ousmane Sogodogo (Ligue de Sikasso). Après son sacré au championnat régional, disputé quelques semaines avant le championnat national, le jeune combattant du Kénédougou avait, on s’en souvient, défié Seydou Fofana, en déclarant qu’il allait tout faire pour le détrôner cette année. C’était mal connaître le natif de Sabalibougou qui, samedi, n’a fait qu’une bouchée de son adversaire dans la finale des -74 kg.


Daba Junior (surnom d’Ousmane Sogodogo) n’a donc pas réussi à gagner son pari et devra patienter au moins un an, avant de retenir sa chance et, éventuellement, mettre fin au règne de l’actuel numéro du taekwondo malien.


La confrontation entre Seydou Fofana et Ousmane Sanogo a éclipsé les autres finales, notamment celles des -54 kg (victoire de Batidie Diallo de l’Usfas face à Sirima Ballo de la Ligue de Bamako) des -58kg (sacre d’Abdoulaye Keïta de la Ligue de Bamako contre Mamadou Kosso de la Ligue de Kayes), des -63kg (succès de Youssouf Simpara de la Ligue de Bamako contre Ibrahim Abdoulaye de la Ligue de Gao), des -68 kg (victoire de Mohamed Fofana de la Ligue de Bamako) ) contre Moussa Djénèpo de la Ligue de Koulikoro).


De leSur côté, Youssouf Soumano (-80 kg), Boubacar Diaby (-87 kg) et Nouhoum Diawara (+87 kg) ont été sacrés face, respectivement à Melo N’Diaye de la Ligue de Kayes, Karamoko Soumaré de l’Usfas et Madou Diarra de la Ligue de Sikasso.

Chez les juniors, à noter quelques victoires, dont celles de Hamidou Barry (Ligue de Bamako, -45kg), Ibrahim Samounou (Ligue de Kayes -48kg), Amadou Traoré (Ligue de Bamako -51 kg).

Au classement général, la Ligue du District de Bamako s’est hissée sur la plus haute marche du podium, avec 25 médailles, dont 19 médailles d’or, 3 médailles d’argent et autant de médailles de bronze. La deuxième place est revenue à la Ligue de Koulikoro qui a totalisé 16 médailles, dont 3 médailles d’or, 4 médailles d’argent et 9 médailles de bronze, alors que la Ligue de Kayes complète le podium avec 14 médailles, dont 2 médailles d’or, 6 médailles d’argent et autant de médailles de bonze.


Le trophée Fair-play a été décerné à l’équipe de l’Usfas qui a participé à sa première participation au championnat national. Le multiple champion du Mali, Seydou Fofana (Ligue de Bamako), qui a participé aux Jeux olympiques de Tokyo, a été désigné Meilleur combattant alors que le trophée de la Meilleure combattante est revenu à Mariam Sidibé de la Ligue de Bamako. Quant à Belco Bah, il a reçu le trophée du Meilleur arbitre de la saison.

à l’issue des débats, le président de la FEMAT a d’abord rendu un vibrant hommage aux grands Maîtres arrachés à l’affection du monde du taekwondo, dont Maîtres Aly Guindo, Moussa Keïta «Moïse» et Alpha Oumar Ly «Ba- alpha ».


« Le Championnat national this année Était sous Placé le signe de la recherche de l’excellence pour le bien-être, la paix et la cohésion sociale.

Toutes les Affiliées à septembre la Ligues régionales federation (Bamako, Kayes, Koulikoro, Sikasso , Ségou, Mopti, Gao) ont participé à la compétition, ainsi que l’équipe de l’Usfas.

Le championnat national contribue à la détection de talents sur le plan national et permet un échange fécond entre les pratiquants et les responsables de la discipline », a déclaré Maître Alioune Badara Traoré.

« Le taekwondo malien est capable de réaliser le rêve de notre peuple en s’acheminant vers le sommet du sport mondial car il en a la capacité physique, technique, intellectuelle. Cependant, une collaboration appropriée et intellectuelle.


Bien structurée impliquant tous les aspects de la planification et de la réalisation des programmes est nécessaire pour réaliser ce rêve», a ajouté le premier responsable du taekwondo national, précisant qu’il s’agit de la tenue correcte des plans d’encadrement, du soutien financier, de l’assistance médicale, de la participation de notre pays aux grandes compétitions de préparation et des formations techniques à différents niveaux.

BT

SOURCE : ESSOR