Partager

Avec l’arrestation du grand voleur Aba par le 11e arrondissement, les populations de la commune IV ont poussé un ouf de soulagement. Malheureusement pour elles, Aba, on ne sait pas trop comment, a recouvré sa liberté après six petits mois de prison. Or le jour de son arrestation, Aba avait été trouvé en possession de sept motos volées.

La mise en liberté du grand voleur, Aba, avait été jugée précoce par les populations de la commune VI. Cette libération avait même causé un certain malaise au sein même de la police. Pour la simple raison que celle-ci se bat, nuit et jour, contre l’insécurité, procède à de nombreuses arrestations des malfrats mais pense qu’elles ne sont jamais suivies par la justice.

D’ailleurs, dans bien des cas, susurre t-on, on a vu des voleurs pressés d’être présentés au tribunal pour y négocier leur liberté. Une fois de retour de prison si jamais ils y vont, ils menacent ceux qui les ont traînés en justice et sévissent de façon flagrante et arrogante dans les quartiers où ils avaient été arrêtés.

C’est justement le cas du grand voleur Aba qui avait longtemps terrorisé les populations de la commune VI. Il fut arrêté par les éléments de la brigade de recherches du 11e Arrondissement après une longue traque minutieusement menée par l’inspecteur Traoré. La fouille menée dans son domicile a permis à la police de saisir 7 motos volées.

Etrangement, à peine six mois passés à la grande prison de Bamako que les populations qui s’étaient vite réjouies de son incarcération l’ont vu débarquer dans le quartier, tout triomphant.

Il ne manquait pas de brandir son attestation de mise en liberté à la barbe de ses victimes. Aussi, comme pour marquer son retour dans son secteur, une zone comprise entre Faladié, Niamakoro et Sénou, Aba dans la nuit du 7 février, aux environs de 21 heures, chipa la moto d’un militaire de l’armée de l’air. Celui-ci prenait calmement son pot à l’escale bar de Faladié Sokoro mais fut surpris de ne plus retrouver sa moto devant le bar. Il saisit immédiatement le dixième Arrondissement.

L’inspecteur Macky le Lynx mobilisa ses éléments avant de mettre tous ses réseaux en branle. Ce n’est que le 28 février, vers les coups de 19 heures, que les policiers ont réussi à appréhender Aba dans un coin perdu de Sénou où il se la coulait douce chez l’une de ses copines.
Aba a déjà été présenté devant le Procureur de la République du tribunal de la commune VI.

Pierre Fo ‘o MEDJO

12 Mars 2009