Partager

Demba Camara, gardien de son état dans un verger de Samaya a été agressé par deux inconnus à l’autogare de Guinée au moment où il s’apprêtait à retourner dans son pays. Son évacuation d’urgence au CHU Gabriel Touré lui a épargné d’une mort fatale. Au regard de la nature de l’acte, tout corrobore pour dire que les agresseurs du guinéen étaient à la solde de l’époux de Mariam Traoré. Qui n’était que sa copine au moment de son agression. Il projetait de l’épouser quand il découvrit que cette dernière était mariée. Décidément, le mari cocu a décidé de laver l’affront à sa manière.

L’acte criminel a été commis par deux individus non identifiés sur la personne de Demba Camara. Nous ignorons qui, ils sont réellement. Toutefois, selon une source policière, Demba Camara et Mariam Traoré se sont connus sur la route de Guinée. Depuis, les deux personnes ont entretenu d’excellente relation amoureuse. Mariam Traoré est domiciliée à Djicoroni-Para et vit avec son mari. Et partait régulièrement rejoindre son copain dans son verger de Samaya. Elle n’a jamais osé dire à ce dernier qu’elle était mariée. Demba Camara et Mariam Traoré tissaient un parfait amour jusqu’au jour où son petit ami lui donnait la somme de 200.000 FCFA et un téléphone portable pour les préparatifs de la fiançaille. Le masque de Mariam est tombé. Elle osa dire pour la première fois à Demba Camara qu’elle était mariée et vivait chez son époux. La pilule fut difficile à avaler pour ce dernier. Il lui demanda de le restituer l’argent et les cadeaux à lui offerts. Mariam ne l’entendait pas ainsi. Elle s’est jetée telle une forcenée sur son copain réussissant même à le blesser.

Deux jours après cet incident, Demba Camara a été alerté que les proches de sa copine voulaient lui infliger une correction. Il a plié bagage dans l’espoir de rentrer dans son pays. Le jour de son voyage, il a été cueilli à froid par deux individus qui l’ont trainé jusque dans la toilette de l’autogare de Guinée. A l’aide d’un ciseau, ils lui ont coupé le sexe. Avant de le laisser pour mort dans son propre sang. Il a été découvert dans ses conditions par un boutiquier du nom de Sécouba Bancoura. Qui a aussitôt informé le chef de poste de l’auto-gare, l’adjudant Gaoussou Traoré. Qui à son tour alertera le commissaire de police du 14ème arrondissement, Assétou Coulibaly. Celle-ci a appelé les agents de la protection civile qui ont évacué la victime à l’hôpital Gabriel Touré pour y recevoir des soins. La victime a été interné dans cet établissement jusqu’au jeudi 7 juin. Date à laquelle, il a été transporté à Sikiri (en Guinée) afin de suivre un traitement traditionnel.

Les enquêtes sont depuis menées par le dynamique inspecteur, Salia A sanogo en vue de situer les responsabilités.

Falé COULIBALY

L’Indépendant du 12 Juin 2012