Partager

40 milliards de F CFA virés depuis vendredi dernier au Trésor public

Le processus de privatisation de la Banque Internationale du Mali (BIM SA) a connu son épilogue, vendredi 7 novembre, avec la signature du contrat de cession des 51% des actions de l’Etat malien à Attijawafa Bank.

Cette cérémonie, qui a été précédée de la signature par Attijariwafa Bank d’un ordre de virement d’environ 40 milliards de FCFA représentant la valeur des actions cédées par l’Etat malien, s’est déroulée à l’hôtel des Finances, en présence du ministre des Finances, Abou-Bakar Traoré et du Président Directeur Général de Attijariwafa Bank, Mohamed El Kettani, tous deux entourés de leurs proches collaborateurs.

vant d’apposer sa signature sur les documents relatifs à ce contrat, Mohamed El Kettani a tenu à souligner que ses impressions sont excellentes dans la mesure où «le Mali est un pays frère» et que dans le cadre de l’expansion régionale de sa banque, qui est le premier établissement bancaire du royaume chérifien, le Mali, il y a deux ans, était en pôle position, compte tenu des relations séculaires qui ont toujours existé entre les deux pays.

Une situation confortée par le fait que le Mali représente pour sa banque un formidable potentiel de développement. Il a, ensuite, fait part de la joie des équipes et des actionnaires du Groupe de Attijariwafa pour avoir finalisé cette transaction qui a été une réussite exemplaire dans la mesure où elle s’est déroulée dans une transparence totale, avec le plus grand professionnalisme et l’accompagnement de la part du ministère des Finances du Mali.

« Toute chose qui conforte l’investisseur que nous sommes, car l’investissement a besoin, avant et après tout, de la confiance et nous nous sentons en confiance ici au Mali. Ce qui nous a beaucoup motivés, par ailleurs, c’est que nous avons trouvé une banque qui a connu des traumatismes par le passé, mais nous avons trouvé une équipe mobilisée, motivée pour relever le défi du développement, déterminée à apportée sa contribution au développement socio-économique du pays sous la conduite de l’ancien PDG, Mamadou Igor Diarra, devenu entre-temps ministre au sein du gouvernement de la République du Mal. Et je tiens réellement, au nom de nos équipes, à féliciter l’équipe de la BIM SA, parce que le nerf de la guerre dans ce métier, ce sont les femmes et les hommes qui sont mobilisés autour d’un projet de développement et, au-delà, conforter les relations de coopération économique entre le Maroc et la République du Mali et entre le Mali et les pays où Attijariwafa est déjà présente. Il s’agit notamment de la Tunisie, du Sénégal et bientôt de la Mauritanie« .

M. Kettani de faire part de l’ambition de son Groupe, qui est la première banque du Maroc en terme de total de bilan, de fonds propres et de parts de marché, de contribuer fortement au développement socio-économique du Mali, en donnant un coup de fouet au processus de bancarisation du pays et devenir un outil entrepreunarial qui aide les PME-PMI à faire face à leurs besoins de financements et l’Etat malien à réaliser ses programmes d’infrastructures : autoroutes, chemins de fer, mines, électricité, eau…

« Par ce contrat que nous venons de signer, votre institution devient, suite à un appel d’offres international, l’adjudicataire provisoire de 51% du capital de la BIM-SA. Au vu des critères retenus dans le cadre du processus, cette adjudication atteste, à suffisance, les capacités indéniables de votre Groupe dans le secteur bancaire et financier international. Les perspectives déclinées à travers votre soumission sont conformes aux objectifs, à la vision du gouvernement par rapport au partenariat recherché à savoir : doter la BIM SA d’un actionnariat stable à même d’assurer son développement et de consolider le secteur bancaire malien.

Cette cession des actions de la BIM SA est la preuve des possibilités larges de coopération Sud-Sud, mais aussi et surtout de coopération fraternelle entre deux pays dont les liens sont historiquement prouvés.

Je suis persuadé que le savoir-faire et l’expérience solide de votre Groupe seront mis au service du secteur privé, des particuliers, de l’économie malienne ainsi qu’à la consolidation des relations entre le royaume du Maroc et le Mali. Le Maroc est, de plus en plus, un vivier pour la formation des étudiants maliens, je suis persuadé que vous serez à même d’initier et mettre en œuvre des instruments ».

Yaya SIDIBE

10 Novembre 2008