Partager

Sans préjuger du verdict de la Cour Constitutionnelle, le constat général qui se dégage de la présidentielle, en prélude des législatives, se clarifie déjà. Pour les cinq prochaines années, un Mali nouveau émergera sous la conduite des hommes issus de l’Alliance pour la Démocratie et le Progrès face aux opposants regroupés au sein du Front pour la Démocratie et la République. Ce nouveau rapport de forces sera tenu par des hommes et des femmes que nous nous efforçons ici de présenter dans le rôle qui sera le leur.

Les lieutenants de la mouvance présidentielle

Sans doute, le principal acteur de la mouvance présidentielle reste et restera le Président Amadou Toumani Touré. Sa vision du Mali et son engagement patriotique font de cet homme d’action un exemple à suivre. C’est ce qui explique sans doute la confiance qui lui a été largement placée par les Maliens. Outre la multitude de partis politiques qui l’entourent pour porter haut le flambeau, ce sont 70% de l’électorat qui l’ont porté au pouvoir. Dès lors, la tâche est d’autant plus facile que les Maliens dans une forte majorité s’engagent avec Att. Le nouveau Président dégagera les pistes à suivre et à renforcer dans les différents domaines pour le bonheur des Maliens. Mais il ne sera pas seul à tenir le gouvernail du bateau Mali.

Me Mountaga Tall apparaît comme un pilier essentiel du nouveau système. Son action dépendra certes de la représentativité de son parti, le CNID, au sein de l’Assemblée Nationale, mais aussi et surtout de la performation de l’homme à faire face aux différents dossiers politiques et leurs protagonistes. Sur ce dernier aspect, l’on peut assurément compter sur l’ardeur, l’aisance et l’efficacité de Me Tall à trancher les questions des plus ardentes. Ses camarades N’Diaye Bah, Diop, Niakaté, Me Demba ne manqueront pas d’assaisonner le plat servi par Me Tall.

Mamadou Awa Gasssama, le percutant député de Yélimané sera sans doute parmi les étalons du régime. C’est vrai que son parti est présidé par l’ancien ministre Younoussi Touré sous la conduite du baron Soumaïla Cissé. Il est également vrai que le ministre Oumar Touré et d’autres étoiles comme Cheichna Hamala Bathily brillent de tout feu au niveau du l’URD, mais Gassama est un as des as qui fonce droit au but. Et il sera sans doute au rendez-vous de l’histoire.

Ibarahima N’Diaye dit Iba a sans doute baissé le ton durant le premier mandat de Att. Mais ce n’est pas sorcier de le supposer à des fonctions plus hautes et des responsabilités plus tranchantes qui le conduiraient à rendre plus dynamiques le débat politique et la marche du pays vers l’avant. Il ne sera point orphelin dans le concert des actions menées par des hommes valeureux comme le ministre Seydou Traoré, Ali Nouhoun Diallo, Ag Imbarcawane, Tiémoko Sangaré, Sékou Diakité, Dramane Dembélé, Pr. Sall, Abdel Kader Sidibé… Du côté des abeilles, les forces tranquilles sont nombreuses.

Que dire des hommes comme le Pr. Younouss Hamèye Dicko, Oumar Hamadoun Dicko, Choguel Maïga, Me Assane Bary, Daba Diawara, Badara Alou Makalou, Kalilou Samaké dont on connaît l’efficacité dans tous les combats politiques. Presque tous ont occupé de hautes fonctions politiques et administratives dans ce pays et dirigent leurs partis respectifs.

Att doit remercier le bon Dieu pour avoir mis tous ces talents à côté de ses partisans directs qui sont Kafougouna Koné, Djibril Tangara, Aly Touré, Ouleymatou Tamboura, Hamed Diané Séméga, Maïga Zeynab Mint Youba, Ben Fana et tant d’autres qui travaillent à l’ombre du Président Att depuis Koulouba et du Premier ministre Ousmane Issoufi Maïga au niveau de la Primature.


Les sofas du FDR

Peu nombreux, ils sont cependant pointus dans leurs actions. A commencer par le chef de file Ibrahim Boubacar Kéïta et ses tisserands Bacary Téréta, Bakary Koniba Traoré, Seydou Nour Kéïta, Nancouma Kéïta… Auxquels sont alliés le Champion de l’hymne national lors des élections, à savoir le percutant Tiébilé Dramé et des hommes politiques de métier comme Soumeylou Boubèye Maïga et Mamadou Bakary Sangaré. Au compte du PARENA, l’on ne saurait oublier Me Hamidou Diabaté, Koniba Sidibé, PPR, Djibonding Dembélé, Moussa Balla Diakité…

En tout état de cause, le combat apparaît inégal entre les deux camps, mais la démocratie malienne peut bien se tirer d’affaire à la lumière du débat politique contradictoire entre les deux tendances. Les législatives qui s’annoncent permettront une mise au point du poids politique de chaque pôle d’alliance. Attendons de voir.

Mamadou DABO

11 mai 2007.