Partager

eleve.jpgAujourd’hui 1er juin, le Certificat de fin d’étude du premier cycle de l’enseignement fondamental ouvre le bal de la série des examens de fin d’année.

229.389 candidats dont 19.511 élèves arabisants prendront part aux épreuves de l’examen pour le Certificat de fin d’étude du premier cycle de l’enseignement fondamental (CFEPCEF), communément appelé CEP.

Lundi 4 juin, ce sera le tour des candidats au BAC de composer et le 11 juin ceux du DEF.
Depuis quelques années, l’examen du CEP est décentralisé. Chaque académie choisit ses sujets pour les différentes épreuves que sont la rédaction, les maths, la dictée-question et les questions de cours.

Assurance a été donnée par Sahaloum Ould Youbba, directeur du Centre national des examens et concours, que toutes les dispositions ont été prises pour le bon déroulement des examens.

Comme pour les années précédentes, les textes relatifs à la police de surveillance et au règlement des examens ont été envoyés dans toutes les académies qui à leur tour vont les acheminer dans les centres d’examens.

De même, les listes des surveillants ont été envoyées dans les centres d’examens, ainsi que le matériel nécessaire au bon déroulement des épreuves, a poursuivi Mr Youbba.

Le directeur du Centre national des examens et concours a assuré qu’une relecture de tous les textes régissant les examens et concours pour les adapter au contexte d’aujourd’hui, a été faite. C’est ainsi que par exemple les téléphones portables ne seront pas admis dans les salles d’examen.

L’école Mamadou Konaté sur la rive gauche va abriter 3 centres d’examen. La numérotation des salles et la répartition des candidats par salle ont été effectuées.

Le coordinateur des centres, Amadou Abdoulaye Touré a assuré qu’ils étaient fin prêts. Idem pour le groupe scolaire de Sabalibougou, qui va également abriter 3 centre d’examens.

Pour une des rares fois, l’examen du BAC se déroulera avant celui du DEF.

Cette année, sur l’étendue de territoire, 39.075 candidats vont composer au BAC contre 38.528 en 2006. Les candidats vont composer dans 69 centres d’examen dont 35 à Bamako.

Les candidats sont répartis dans les établissements en fonction des séries.

Au lycée Askia Mohamed, cette année, vont composer 730 candidats dont 78 pour la série SE, 65 pour la série LL, 337 pour la SH et 249 pour la SB.

Les responsables de l’établissement sont entrain d’effectuer les derniers réglages (réparation du système d’éclairage de certaines salles et des tables-bancs, numérotation des salles etc.)

Au lycée Askia Mohamed, l’année scolaire a été relativement calme, chose qui a permis d’achever les programmes scolaires. La direction espère avoir de bons résultats à l’examen.

Au lycée technique également, le programme scolaire a été également achevé. L’école compte cette année 448 candidats dont 118 filles repartis comme suit : 303 pour la filière MTE, 72 pour la MTI et 63 pour la MTGC.

Contrairement aux autres établissements, ici, les candidats composeront sur place.

Dans le but de bien préparer leurs candidats, la direction a initié depuis une semaine des cours d’appui qui ont pris fin hier.

Au lycée Technique, la liste des surveillants et des chefs de centres, ainsi que les feuilles d’examens et autres sont déjà sur place, a confirmé Mahamadou Keïta, proviseur de l’établissement, qui a également assuré que « Toutes les conditions sont réunies pour le bon déroulement des épreuves.

Au lycée Bouillagui Fadiga, 840 candidats de la série SH de la rive gauche vont composer. L’établissement, lui, présente 398 candidats dont 39 pour la LL, 227 pour la SH, 25 pour la SE et 107 pour la SB.

Le proviseur du lycée, Toumani Sissoko a assuré que tout le matériel était sur place et qu’il n’y avait pas de difficultés qui puissent empêcher le bon déroulement des examens.

1er juin 2007.