Partager

jpg_2293-1.jpg

Elle a mobilisé une foule impressionnante au stade Abdoulaye Macoro Sissoko de Kayes et débuté par l’intervention de la représentante du Conseil national de la jeunesse, Fatoumata Abdou Maïga. Celle-ci a apprécié cette Biennale pour sa qualité exceptionnelle en saluant l’apport de la jeunesse de Kayes dans la réussite de ce grand rendez-vous.

La jeune fille a lu une motion de la jeunesse du pays au président de la République. Dans ce texte, la jeunesse a fermement condamné la récente attaque du poste militaire de Nampala par des bandits armés, le jour même de l’ouverture de la Biennale. Une attaque qui n’a entamé en rien la mobilisation des autorités et la réussite de l’évènement. Les jeune apportent leur soutien total au chef de l’Etat dans la gestion de cette affaire.

La cérémonie s’est poursuivie avec la prestation des élèves du Conservatoire des arts et métier Balla Fasseké Kouyaté, qui ont étalé leur savoir à travers un numéro de danse.

Ensuite, ce fut l’intervention très attendue du chef de l’État. Amadou Toumani Touré a d’abord adressé une mention spéciale à la Biennale de Kayes, une édition qui a été marquée par une formidable ambiance. Le président Touré a attribuée cette réussite aux populations de Kayes, aux autorités locales, à la commission d’organisation.

Il a aussi salué les gouverneurs des régions pour avoir bien mobilisé leurs administrés.
Le chef de l’Etat a également félicité le gouvernement pour les moyens mis à la disposition de la Biennale, avec une mention spéciale au ministre de la Culture, Mohamed El Moctar. Dans la même lancée, il a remercié tous les donateurs et sponsors qui ont contribué à cette belle réussite.

Le chef de l’État a particulièrement insisté sur la présence de la troupe des Maliens de la France et a apprécié les thèmes traités par les différentes troupes comme l’école, le mariage précoce, l’émigration.
Le président Touré est revenu sur les efforts déployés ces dernières années en vue du décollage économique de la région de Kayes qui a bénéficié d’importantes infrastructures routières.

« L’avenir du Mali se jouera dans chacune de nos régions et Kayes sera l’un des pôles importants grâce à ses routes et à ses autres potentialités », a-t-il indiqué.

Amadou Toumani Touré a saisi l’occasion pour réaffirmer sa détermination à sauvegarder la paix et la sécurité dans notre pays par tous les moyens qu’il jugera nécessaires. Il s’est montré très ferme à l’égard des bandits qui ont perpétré l’attaque de Nampala.

Et comme il n’a cessé de le faire depuis le début des événements au nord, il a invité nos compatriotes à ne pas faire d’amalgame entre les bandits et les Touarègues qui se sentent des Maliens à part entière. Il s’est justement réjoui à ce propos de la participation des jeunes de la Région de Kidal à la Biennale.

Le président de la République a annoncé que la prochaine édition aura lieu à Sikasso en 2010. Elle coïncidera avec le cinquantième anniversaire de l’accession de notre pays à l’Indépendance.

Le chef de l’Etat a remis des diplômes de reconnaissance et une enveloppe symbolique à des anciens de la Biennale, eux qui ont accompagné le développement artistique et culturel de notre pays, dont Harouna Barry, Ousmane Sacko, Koko Dembélé, Tagassa Walette. La délégation des Maliens de la France a aussi reçu un diplôme de reconnaissance des mains du président Touré.

La proclamation des résultats était le moment le plus attendu de la cérémonie. Les résultats ont été proclamés d’abord par discipline. Ainsi, la Région Kidal s’est classée première dans la pièce de théâtre. Sikasso a occupé la deuxième place, la troisième revenant à Gao.

Mopti a remporté le premier prix de l’orchestre moderne. La région de Tombouctou s’est classée deuxième et celle Kayes a été désignée troisième meilleur orchestre moderne.

Kayes est venue en tête pour le ballet. Le district de Bamako a remporté la deuxième place et Mopti est troisième. Ségou a décroché le prix de l’ensemble instrumental. Elle est suivie de Mopti et Sikasso.

C’est la région de Tombouctou qui s’est classée première en exposition d’objets d’art. Dans cette catégorie, Kidal et Gao suivent dans l’ordre. La première troupe en danse traditionnelle est celle de Ségou. Sikasso s’est classée deuxième et la troisième place est revenue à Tombouctou.
Gao a tenu le haut du pavé en chœur.

La troupe du district de Bamako arrive deuxième suivie de celle de Ségou. En solo de chant c’est Gao qui a surclassé les autres. Kayes et Mopti occupent les deux autres marches du podium.

En ce qui concerne le classement général, le premier prix a été attribué à Tombouctou. Ségou s’est classée deuxième et la troisième place est revenue à Gao.

Le jury a aussi attribué des prix spéciaux aux compétiteurs. Il a souligné la bonne tenue de la Biennale et formulé des recommandations pour les éditions futures. Il a ainsi demandé de doter la Biennale d’un budget, d’organiser des sessions de formation dans les différentes disciplines, de relire les règlements généraux.


Envoyés spéciaux

M. KEÏTA et H. KOUYATE

Essor du 31 Décembre 2008