Partager

L’opérationnalisation d’un bloc technique, la construction d’un bloc d’hospitalisation, d’un laboratoire moderne et d’une pharmacie ainsi que l’informatisation de la pharmacie, ce sont entre autres chantiers du centre hospitalier universitaire (CHU) Gabriel Touré de Bamako dont la réalisation est programmée pour cette année 2009. Le Centre hospitalier Universitaire qui évalue le taux d’occupation de ses lits d’hospitalisation entre 76 et 100 % a abrité, le 25 février 2009, la 28e session de son Conseil d’administration.

Cette session de 2009 marque également le cinquantenaire de l’hôpital. En fait, l’ancien dispensaire central de Bamako est devenu hôpital, le 17 janvier 1959, avec la dénomination «Gabriel Touré» du nom d’un jeune étudiant en 3e année médecine décédé des suites d’une peste qu’il a contractée au chevet des malades. Les administrateurs ont inscrit à l’ordre du jour de cette session l’examen des rapports d’activités et financiers de 2008 et la programmation de 2009. Les travaux étaient dirigés par le président du Conseil d’administration, Modibo Diallo.

En fait, une mine de programmes est dans l’agenda 2009 de l’hôpital qui parie sur une modernisation extraordinaire de l’hôpital. «Nous mettrons davantage l’accent sur la qualité des soins en 2009» précise Abdou-laye Néné Couli-baly, directeur général de l’hôpital. Selon lui, les investissements doivent permettre de donner un nouveau visage à l’hôpital et de garantir de meilleures conditions de séjour et de travail. Les travaux de réhabilitation de la pédiatrie, de la médecine-ORD et du réfectoire sont déjà en cours, et «évoluent à satisfaction», selon Abdoulaye Néné Couli-baly.

Par ailleurs, la direction générale de l’hôpital envisage la construction d’un grand bâtiment d’hospitalisation (R+4) comprenant une réanimation moderne de 25 lits, une salle d’hémodialyse de 10 machines, une salle de chorographie, un local pour le SAMU et des lits pour services. D’autres chantiers comme la construction d’un laboratoire moderne, une pharmacie hospitalière moder-ne, la radiologie, etc., sont prévus pour cette année.

En fait, les capacités actuelles de l’hôpital tendent à l’insuffisance des places notamment dans les services de réanimation, la chirurgie générale et la traumatologie où le taux d’occupation s’est élevé généralement à 100 %. «C’est dire que le problème de places d’hospitalisation se pose avec acquitté dans notre hôpital» fait remarquer le directeur général.

Malgré tout, l’établissement hospitalier a enregistré des résultats appréciables au cours de l’année 2008. Le taux de décès intra-hospitalier est réduit de plus de 15 %, selon les statistiques de l’hôpital.

La structure a reçu 140 489 malades en consultation, 18 429 hospitalisations avec une durée moyenne de séjour de 6 jours. Sur une prévision budgétaire de 4 097 769 849 F Cfa, la direction de l’hôpital a exécuté, en 2008, 3 690 985 382 F Cfa, soit un taux d’exécution de 90 % contre 84,41 % en 2007.

Le budget prévisionnel de 2009 s’évalue à plus de 4,682 milliards dont 73,3 % de subventions de l’Etat.

Seydou Coulibaly

27 Février 2009