Partager

Pour non satisfaction de leurs doléances, le comité syndical de l’enseignement supérieur du Centre national des œuvres universitaires (Cenou) observe depuis hier mercredi 29 août 2012 une grève illimitée… jusqu’à la satisfaction de ses revendications.

A l’origine de cette cessation de travail, deux points de revendication sont évoqués par les grévistes. A en croire le secrétaire général du comité syndical Synesup/Cenou, Abdoulaye Amadou Coulibaly, cette grève est relative à la non satisfaction d’un certain nombre de doléances comme : l’adoption et la mise en application de l’accord d’établissement dans les plus brefs délais.

Sur ce point, le secrétaire général explique que le Cenou est le seul établissement public à caractère administratif à ne pas disposer d’accord d’établissement depuis 10 ans. Aussi, les syndicalistes réclament le départ des responsables de la structure. Ils leur reprochent plusieurs griefs notamment la mauvaise gestion, le déficit chronique de communication, la non application du cadre organique, l’absence de manuels de procédures.
Le secrétaire rappelle qu’en amont de ce mouvement de grève, le syndicat a adressé une correspondance au secrétariat particulier du ministre de l’Enseignement supérieur datant du 14 août 2012 avec ampliation faite à la fonction publique et au directeur général du Cenou.

Malheureusement, les autorités concernées par la situation n’ont pris aucune disposition pour éviter cette grève. Ce qui a conduit le syndicat à déclencher une grève illimitée jusqu’à la satisfaction totale de leurs doléances.

Le mouvement de grève d’hier au Cenou a été suivi à 100 % par le personnel. Il faut souligner que seuls les chefs de service étaient présents pour assurer le service minimum. A noter que cette grève illimitée du comité syndical Synesup/Cenou intervient à un moment où le nouveau directeur général nommé récemment n’a pas encore pris service.

Ben Dao

L’Indicateur du Renouveau du 30 Août 2012