Partager

Selon Djibril Assali Hamdallah, président de l’Union, la délégation a rencontré les plus hautes autorités du pays notamment le président de la République, Amadou Toumani Touré et le Premier ministre, Ousmane Issoufi Maïga. Pour le conférencier, cette étape du Mali est le départ d’une vaste campagne d’explication sur les objectifs de l’Union dans tous les états membres de la CEN-SAD.

Créée le 3 septembre 1998 à Tripoli en Libye, l’Union Syndicale de la CEN-SAD, selon son président, a comme objectifs d’assurer la promotion de la concertation et l’échange syndical, d’apporter une assistance aux travailleurs des Etats membres et de contribuer à la promotion de la politique agricole dans les Etats membres de l’organisation.

Tirant le bilan de la visite de la délégation au Mali, le conférencier s’est dit satisfait de l’accueil qui a été réservé à lui et à sa délégation, et de la disponibilité des autorités maliennes à tous les niveaux. Le conférencier a informé la presse de la séance de travail que la délégation de l’Union a eue avec le bureau exécutif de l’UNTM. Pour lui, il y a « convergence de vue et de principes » entre l’Union Syndicale et l’Union des Travailleurs du Mali (UNTM).

Par rapport aux 100.000 hectares offerts à la CEN-SAD dans la zone Office du Niger par ATT, le conférencier a affirmé que cette décision du président ATT est courageuse.

L’Union Syndicale de la CEN-SAD, a-t-il dit, est une organisation née de la volonté des différents syndicats des pays membres. Selon lui, c’est le résultat d’une prise de conscience sur la question de l’intégration.

Dans son intervention, Siaka Diakité, secrétaire général de l’UNTM, en sa qualité de secrétaire à l’organisation et à l’éducation de l’Union, a enfoncé le clou. ll dira que les pays membres de la CEN-SAD sont sous embargo des pays développés. Face aux constats déplorables en Afrique, il a exprimé toute sa satisfaction de voir naître une organisation qui a en mire la coopération sud-sud et un partage d’expériences.

La question de l’eau et des conflits dans les pays a également été abordée. Ces questions, selon les conférenciers, doivent être aujourd’hui au centre de toutes les luttes. L’Union, qui se propose de réfléchir sur des propositions de projets à prendre en compte dans l’espace CEN-SAD, entend oeuvrer pour que les syndicats puissent être de bons acteurs au bénéfice des populations. Dans son combat, la délégation s’est dit rassurée par la promesse du président ATT.

Elle se dit également satisfaite du soutien du guide libyen et de l’invitation qui lui a été adressée pour participer au prochain sommet de l’organisation prévu à Ouagadougou au Burkina Faso.

Laya DIARRA

11 Mars 2005