Partager

Journée de sensibilisation des élus nationaux et du personnel du HCC


Lancée le 14 juillet dernier, la Cellule sectorielle du ministère chargé des relations avec les institutions et porte-parole du gouvernement, dans le cadre de ses missions, a organisé, le lundi 17 novembre 2008, une journée de sensibilisation des élus nationaux et du personnel du Haut Conseil des collectivités. A travers une conférence animée par les spécialistes du sida de l’ONG A4 Sida et les documents partagés, les participants ont eu droit au maximum d’informations sur le fléau.

e Comité sectoriel de lutte contre le Sida du ministère chargé des relations avec les institutions et porte-parole du gouvernement, dirigé par Mme Cissé Zéinab Haïdara, a atteint sa vitesse de croisière. Quelques mois seulement après son lancement, la Cellule a, à son actif, plusieurs actions de sensibilisation d’information des agents du département et établir un partenariat fécond avec les institutions de la République dans le cadre de la lutte contre le sida. C’est dans cette logique qu’elle a organisé, le lundi 17 novembre, une conférence de sensibilisation au Haut conseil des collectivités.

La cérémonie d’ouverture était présidée par le vice-président du HCC, Zakaria Dembélé, en présence des cadres de son institution et du ministère porte-parole du gouvernement.

Cette journée visait à donner la maximum d’informations aux élus et personnel de cette institution. Les débats ont été animés par Boubacar Kéïta et Dr Fodé Diallo, tous deux de l’ONG A4 Sida. Ils ont fait l’historique du virus et la situation épidémiologique, avant d’évoquer les conséquences psychologique, social, économique, juridique et démographique. Faut-il rappeler que le Sida est devenu un défi planétaire et un handicap pour nos pays en développement.

C’est pourquoi, le gouvernement a affiché sa volonté de lutte à travers plusieurs décisions majeures faisant du Mali un pionnier en là matière : la création du HCNLS, l’adoption d’une loi sur le Sida en 2006 par l’Assemblée nationale, la gratuité des ARV, l’introduction du Sida dans l’enquête démographique. L’enquête démographique et de santé (EDS IV) a permis de constater que le Mali connaît un taux de séro-prévalence de 1,3% et que « l’épidémie au Mali est de type concentré « .

Si rien n’est fait pour la maîtriser, d’ici à l’horizon 2010, près de 500 000 personnes pourraient être infectées par le VIH, l’expérience de vie va baisser de 6 ans et 25% des lits d’hôpitaux seront occupés par les malades du Sida.

Face au rôle prépondérant que doit jouer le secteur public dans la lutte, le département chargé des relations avec les institutions, depuis le mois de février, a arrêté les modalités d’organisation et de fonctionnement du Comité de coordination sectorielle lutte contre le Sida, qui est chargé d’opérationnaliser le plan de prévention du Sida au sein du département à travers la mise en œuvre du Plan sectoriel 2008-2011 dont le département a été doté.

Youssouf CAMARA

18 Novembre 2008