Partager

La Cetru, (Cellule des travaux routiers d’urgence) est le seul espoir de la Cmdt pour l’entretien et la réhabilitation des pistes rurales au grand bonheur des ruraux. Pour constater la qualité de son service, accompagnés du Directeur adjoint de la Cetru, Abdoulaye Daou, nous avons, du 16 au 19 janvier, effectué une visite de terrain dans les zones Cmdt et Ohvn.

Pour faciliter l’évacuation du coton dans les zones reculées du pays, la Compagnie malienne de développement du textile (Cmdt) a besoin de l’entretien des pistes rurales. Et ce, dans un bref délai. Ce besoin est pareil à l’Ohvn. Pour ce faire, la seule structure étatique capable de répondre à ces exigences est la Cetru. Car, c’est elle le bras armé du Département de l’équipement et des transports permettant aux structures d’éviter la lourdeur du circuit administratif. Soulignons que dans l’exécution de ses missions, elle est supervisée par les subdivisions des routes des zones concernées.
En vue de constater de visu la qualité des travaux de la Cetru, nous avons sillonné les localités à forte concentration des activités de la Cmdt et une localité Ohvn, notamment Bougouni, Sikasso, Kadiolo, Koutiala, Béléko, Dioïla, Fana et Kita. S’y ajoute Tiélé dans la zone Ohvn

Bougouni : la Cetru considérée comme force Serval

Avant d’aller sur le terrain, le Chef de la Subdivision des routes de Bougouni, Halla Ibrahim Touré, a affirmé que la Cetru est en train d’exécuter un travail remarquable dans trois secteurs sous son contrôle. Il s’agit des secteurs de Koumantou, Kolondiéba et Garalo. Sur les 199 km à réhabiliter dans lesdits secteurs, le taux d’exécution des travaux était de 90% pour un délai consommé de 78% le 16 janvier, a indiqué le chef de la subdivision de Bougouni. Pour les 90% du taux d’exécution, 147,7 millions ont été utilisés sur les 165 millions prévus, a-t-il précisé. « En ce qui nous concerne en tant qu’organe de contrôle, nous sommes satisfaits de la qualité du service fait de la Cetru. Toutefois, nous préconisons à l’Etat de renforcer la Cetru en matériels lui permettant d’être plus efficace », a précisé Halla Touré.

Du côté de la Cmdt, c’est la même appréciation. Le responsable du génie civil, Drissa Coulibaly dira que la Cmdt a constaté cette année une nette amélioration de la qualité de travail de la Cetru par rapport à l’année dernière. «Nous remercions la Cetru pour cet effort et souhaitons continuer avec elle. Cependant, nous souhaitons le renforcement de l’équipement, plus précisément le matériel de compactage», a-t-il laissé entendre.

Sur le tronçon Mamissa-Zantogola, long de 49 Km, nous avons trouvé sur place une équipe dynamique et motivée. A en croire le chef de l’équipe, Soumaïla Keïta, le personnel est accueilli en héros par les villages riverains. «Bien que l’entretien des routes ait pour but de faciliter l’accès au coton, les villages tirent un grand profit. Ils nous considèrent comme la force Serval, une force libératrice des peuples opprimés. Pour manifester sa joie, Mamissa nous a offert un mouton», a martelé Keïta.

A Mamissa dans la commune de Zantiébougou où on a rencontré le chef du village, Bakary Mariko, entouré de tous ses conseillers, c’était la fête. Il a raconté qu’avant la réhabilitation de cette piste, les habitants menaient une vie infernale. « L’accès au goudron constituait un problème majeur. L’évacuation des malades et des femmes enceintes vers le centre de santé de Zantiébougou était un calvaire pour nous. Mais, aujourd’hui, nous-nous sentons libérés, on se sent maintenant comme des citoyens maliens à part entière. Cette piste suscite plus de joie pour nous que la route Sikasso-Bamako», a expliqué le chef de village de Mamissa.

Sikasso : la promptitude de la Cetru saluée

A Sikasso, le chef de la subdivision, Julien Dakouo, a souligné que dans le passé, les travaux de l’entretien des routes n’étaient pas bien exécutés. Mais, précisera-t-il, cette année d’énormes efforts ont été fournis. «Pour la présente campagne, nous apprécions, le service de la Cetru et la promptitude avec laquelle elle est intervenue. Les pistes réalisées jusqu’à présent répondent aux clauses du contrat», a déclaré Dakouo. C’est ce qui ressort de leur rencontre avec le partenaire, la Cmdt. Partant, il préconise le renforcement de la capacité matérielle de la Cetru

Rappelons que dans la subdivision de Sikasso, plusieurs tronçons sont à réaliser : Sikasso-Dandersso-Bambougou 50km ; Danderso- Nonkonkani 49 km ; Niapouna-Nokonsola 12km.

A Kadiolo, la RN7 Kadiolo est longue de 18 km, Doumantènè- Misseni 33km, Niena-Mineko 28 km ; Tiola N’Golobabougou 50km ; Kigna- Kabarasso 22km ; Kigna Koumantou 38km.
Le taux d’exécution de l’ensemble de ces travaux étant de 54,32%, le Directeur général adjoint de la Cetru, Abdoulaye Daou, a galvanisé l’équipe basée à Kadiolo avant de l’instruire à évoluer rapidement.

Koutiala : l’espoir renaît

Dans les locaux de la subdivision des routes de Koutiala où nous avons rencontré le Chef Mme Traoré Mariam Touré, son constat n’est pas mauvais. Elle dira que dans l’ensemble, les réalisations sont bonnes. Avant de détailler les pistes des secteurs de sa subdivision.
Il s’agit de Koutiala-Nitabougoro-Karangasso long de 29km ; Siraké-Baramba-Sanso 29km. Dans le secteur de Molobala, il y a les tronçons : Sanguela-Tiena 17km ; Sanguela Kougnou 25km et la RN12 Tandio-Palasso long de 19km.

Au niveau de Yorosso, les pistes à réhabiliter sont celles de la RN14- Simouna 8km, RN14- Keledougou-Minamba 54km.
En ce qui concerne le secteur de Konséguéla, les 14km du tronçon Konina-Filiman-N’Gola seront réhabilités. A en croire la chef de subdivision des routes de Koutiala, le taux d’exécution de l’ensemble de ces travaux est de 70% pour un délai consommé de 66%. Le coût global s’élève à 117 millions 355 000Fcfa. Mme Traoré a saisi cette occasion pour suggérer d’envoyer tôt les bulldozers pour le foisonnement à temps.

A Koutiala, l’administrateur civil de la Cmdt, principale bénéficiaire, M. Thiam, a salué la Cetru pour le sérieux qu’elle met dans le travail
Arrivés à N’gola, nous avons échangé avec un groupe de jeunes enchantés au bord de la piste. Selon leur porte parole, Dramane Coulibaly, à cause du délabrement de leur piste menant à Konina, des femmes accouchaient régulièrement en cours de route et le village enregistrait beaucoup de perte en vies humaines. « Maintenant, l’évacuation de nos malades et femmes enceintes vers Konina ne pose plus de problème. Pour nous, la construction de cette piste donne une nouvelle vie à notre communauté», a-t-il conclu. Quant au chef dudit village, Bakary Samaké, à travers cette réalisation, le village est à nouveau connecté au reste du monde.

Dioïla : des grincements de dents

A la subdivision de Dioïla, si le chef N’Golo se dit satisfait de la qualité des travaux réalisés, il déplore l’arrivée tardive de la Cetru dans ses secteurs. Il s’agit de Dioïla, Massigui, Fana, Beleko, Marakakoungo et Konobougou. Dans son explication, il dira que la Cetru est venue après l’évacuation de 25% du coton de la zone. Sur les 789 pistes à réaliser estimé à 163 millions 133.914 Fcfa, seulement 29 millions 545.914 ont été utilisés. Soit un taux de réalisation de 18% des travaux. Pour éviter une telle éventualité, M. Tangara qui l’explique par l’insuffisance de matériel invite l’Etat à bien équiper la Cetru.

Pour le représentant de la Cetru, ce problème n’est pas du ressort de son service. Car la Cmdt avait priorisé certaines zones, notamment dans la subdivision de Koutiala, Bougouni et Sikasso. «Si elle nous avait demandé de déployer simultanément les moyens, malgré nos difficultés, on aurait pu satisfaire Dioïla. Mais nous avons concentré nos forces dans les localités jugées prioritaires par le partenaire», expliquera M. Daou.

Kita : un léger retard qui sera jugulé avec le renfort des équipes de Bougouni et Koutiala

Dans le cercle de Kita à forte production de coton, il y a 18 pistes de 653 km reparties entre quatre secteurs à entretenir par la Cetru. Il s’agit de Djidian, Sebecoro, Kita et Kokofata. Le montant s’élève à 150 millions de nos francs. Parmi tant d’autres pistes, nous avons trouvé le chef de brigade du cercle, Ibrahim Diallo, avec une équipe engagée et motivée sur le tronçon Tofassadada-Batimaganan-Djidian.
Aux dire de M. Diallo l’exécution des chantiers a connu un léger retard, car elle est à seulement 30%.
Sur ce point, le Directeur général adjoint de la Cetru, Abdoulaye Daou, a rassuré ses partenaires quant au respect du délai. Car plusieurs de ses équipes sont largement en avance par rapport au délai et seront redéployées dans les localités où le besoin se fait sentir.

Haute Vallet du Niger : des ponts construits

Dans le cadre de sa collaboration avec l’Ohvn, la Cetru a construit deux ponts sur la route Dialakoroba-Tièlè. Au niveau de ces ponts de dix (10m) au total, nous avons visité un village qui a retrouvé son souffle. Il s’agit de Kolemba. Selon les autorités traditionnelles du village, au delà de l’intérêt desdits ponts pour l’Ohvn, c’est la résurrection de Kolemba et tous les villages de la commune de Tièlè. Dans son explication, le chef de village de Kolemba, Yiriba Doumbia, dira que la destruction du pont avait provoqué un calvaire pour les populations. «Pendant la période de la cassure de ce pont de 50 ans, on était obligé de faire le tour du Mali pour arriver à Bamako. Certains passaient par Kassela, d’autres par Ouéléssébougou. Ce qui avait engendré une augmentation vertigineuse de prix de transport. Pour aller à Bamako, le transport est passé de 1000F à 6.000Fcfa. L’autre chose qui nous a séduits est la rapidité avec laquelle cet ouvrage a été exécuté. Que les auteurs soient remerciés», a laissé entendre Yiriba Doumbia.

De toutes les façons, ce qu’on peut retenir de cette mission, à part le léger retard relatif à Dioïla et à Kita les services de contrôle, à savoir les subdivisions des routes et la Cmdt, ont tous apprécié la qualité du service fait de la Cetru. Et ils ont constaté une nette amélioration des travaux et leur impact cette année par rapport à l’année dernière.

Oumar KONATE

Envoyé spécial

Le Prétoire du 23 Janvier 2014