Partager

Ce jour là, eu lieu un grand évènement qui bouleversa un régime au Mali. Ce jour là, 19 Novembre 1968, eu lieu le coup d’État mené par des membres des forces armées maliennes contre le gouvernement du président Modibo Keïta. Ce coup d’État, qui ne fit pas de victimes pendant son déroulement, était dirigé par le lieutenant Moussa Traoré, qui devint alors chef de l’État.

Dans la nuit du 18 au 19 novembre, à minuit, les putschistes rassemblent la garnison de Kati et leur annoncent leurs intentions. Le réseau téléphonique est coupé à 2 heures du matin et les cadres de l’US-RDA commencent à être arrêtés avant l’aube. Les soldats stoppent le convoi du président Keïta alors qu’il rentrait à Bamako depuis Mopti. Il est amené au centre de la capitale à 11h30. Ils lui demandent de mettre un terme à sa politique socialiste et de remplacer ses collaborateurs, mais Modibo Keïta refuse, arguant qu’il était démocratiquement élu sur un programme socialiste.

Modibo Keïta, père de l’indépendance malienne, diriga un gouvernement socialiste depuis 1960, soutenu par son parti, l’Union soudanaise – Rassemblement démocratique africain (US-RDA). Cependant, sa politique rencontre des difficultés économiques. La population est de moins en moins satisfaite du gouvernement. Les putschistes menés par le lieutenant Moussa Traoré annoncent alors sur les ondes de Radio – Mali que « l’heure de la liberté a sonné » et que « le régime dictatorial de Modibo Keïta a chuté ».

Modibo Keïta meurt finalement en captivité à Bamako en 1977. Un Comité militaire de libération nationale est formé, constitué de dix lieutenants (Moussa Traoré, Baba Diarra, Youssouf Traoré, Filifing Sissoko, Tiécoro Bagayoko, Joseph Marat, Mamadou Sanogho, Cissema Toukara, Moussa Kone et Karim Dembele) et quatre capitaines (Yoro Diakité, Malik Diallo, Charles Cissoko et Mamadou Cissoko). Moussa Traoré devient président du comité, promettant démocratie et élections libres, qui n’arriveront pas.

Il est finalement proclamé président de la république en 1969 et dirige le pays jusqu’à sa destitution lors d’un autre coup d’État survenu le 26 Mars 1991.

Fanta Mariko

@Afribone