Partager

Fanaday Entertainment et Africable ont organisé le samedi 31 mai un dîner de presse dont le but était de présenter les cinq candidats qui représenteront le Mali à la Case Sanga Saison 2.
Au début, les candidats souhaitant intégrer la résidence Case Sanga étaient au nombre de 231. Quinze seulement ont été retenus dans un premier temps.

Parmi ceux-ci, lors du casting définitif, 5 seulement, dont deux filles, ont eu la chance de continuer l’aventure en compagnie des deux candidats retenus par pays (Sénégal, Niger, Guinée-Conakry, Burkina Faso) et le candidat de la diaspora française.

Les 5 candidats qui ont été présentés à la presse sont : Ousmane dit Toumani Diakité, Ibrahima Molobali Théra, Alou Sangaré (à ne pas confondre avec le fils Mad’Guitare), Assanatou Kéita et Fanta Sissoko.

Aux dires des organisateurs, les deux dernières candidates viennent chacune d’une famille musicienne.

Selon Lala Konaté, l’épouse du candidat Alou Sangaré, fils de Daouda Sangaré communément appelé « Kénédougou Filani » (paix à son âme) ce dernier a un groupe de musique dénommé « Fassia » et possède la capacité de chanter divers genres de musique.

Quant à Ousmane dit Toumani Diakité, qui a déjà fait ses premiers pas dans la musique aux côtés de ses camarades du groupe « 3D », a promis de montrer au public Case Sanga 2 qu’il peut surpasser Salif Kéita.

Ibrahima Molobali Théra dispense des cours de musique et est diplômé du Conservatoire Balla Fasséké Kouyaté. Tous les candidats ont démontré leur savoir-faire à travers des prestations musicales, chacun dans un titre parfois inédit.

Selon Massamou Wélé Diallo, directeur de l’ensemble instrumental et président du jury composé d’Idrissa Soumaoro, Kardjigué Laïco Traoré, Amadoun Kassongué et Youssouf Doumbia, les critères de sélection sur lesquels ils se sont appuyés pour départager les candidats, étaient basés sur la qualité de la composition musicale,

le talent et les prouesses vocales, le thème et la force de suggestion du message, la prestation scénique et l’harmonie de la danse.


Les anciens témoignent

Les lauréats de la 1re édition de Case Sanga, qui étaient aussi de la fête ont fait des prestations musicales. Il s’agit de Mamadou Dembélé dit Dabara, qui s’est finalement réconcilié avec les initiateurs de l’émission, de Mohamed Diaby, de Cheick Siriman Sissoko, de Paméla Badjéogo et de Fatimata dite Sira Diop.

Ils ont conseillé assiduité à leurs « cadets » aux cours de danse, de chant et d’occupation scénique dispensés par Massamou Wélé Diallo, Amadoun Kassongué.

Ils les ont invités à sauvegarder l’esprit de famille et de fair-play qu’ils ont pu tisser durant leur séjour à la résidence.
Paméla Badjéogo et Sira Diop ont salué et encouragé l’initiative Case Sanga qui leur a permis d’être animatrices à Africable.

Il a été affirmé lors du dîner que Sira qui animait l’émission de téléréalité « Case Saramaya, c’est moi la plus belle » se prépare à animer une autre émission sur Africable. Cheick Siriman Sissoko, lui, mettra prochainement dans les bacs, son tout premier album.

La 2e édition de Case Sanga ou coupe de la musique aura comme animateurs principaux, le rappeur Amkoulell et Melle Salama Haïdara. Le 1er prime time aura lieu le vendredi 4 juillet au Palais de la culture.

La grande finale, qui sera organisée le samedi 11 octobre, se jouera entre deux finalistes. Le premier sera récompensé d’un chèque de 5 millions tandis que le vaincu empochera un million.

Selon le DG d’Africable, Ismaël Sidibé, le budget global d’organisation cette année s’élève à 365 millions de F CFA avec comme parrain Mokobé du Groupe 113 qui vient tout juste d’achever une tournée au Mali dans le cadre de la dédicace de son premier album « Mon Afrique ».

Aux dires d’Ander Baba Diarra, DG de Fanaday, « il est attendu à Bamako, outre la marraine du Mali, Babani Koné, et le grand parrain, les autres parrains des différents pays participants : Baba Maal du Sénégal, Fati Mariko du Niger, Sékouba Kandia Kouyaté de la Guinée-Conakry et Amity Méria du Burkina Faso ».

Case Sanga 2 promet d’être un grand succès car les organisateurs ont affirmé qu’ils sont en train de prendre toutes les mesures nécessaires pour éviter les erreurs de l’année dernière.


Ramata S. Kéita

(stagiaire)

02 Juin 2008