Partager

Il nous a été donné de constater, au cours de notre séjour du 18 au 22 août à la faveur d’un séminaire sur la « problématique de la gestion des conflits et de la lutte contre le terrorisme » qu’au-delà des clichés réducteurs faisant d’elle un bled perdu dans l’arrière-pays, la ville de Gao recèle un trésor touristique qui ne demande qu’à être valorisé.

Avec une population cosmopolite composée de Touareg, de Peuhls, Songhoïs et de Bellas, Gao réunit, à la fois, tradition et modernisme. Dans chaque rue de la ville, à l’oeil de l’observateur étranger s’offrent, en plus des villas modernes et des voitures de luxe, les cases traditionnelles qui servent souvent à prendre l’air et surtout à se retrouver pour boire du thé ou partager un repas.

La spécialité culinaire est à base de viande et où le couscous, le méchoui et les brochettes ont droit de cité. Gao est connue pour le talent de ses artisans qui tirent du cuir de véritables merveilles : sacs, ceintures, portefeuilles et sandales.

Peut-on parler de Gao sans faire allusion au Tombeau des Askia ? Un Tombeau sans issues et qui reste jusqu’à nos jours impénétrable. Trônant au milieu de la mosquée, qui a vu se succéder une dizaine d’Imams, la tombe sert de point de séparation entre les deux parties de ce lieu de prière: le secteur homme fort de sept rangées et la zone réservée aux femmes divisée en cinq rangées. La mosquée étant à moitié entourée de tombes de personnages, sans doute, historiques et mal connus, est classée patrimoine culturel mondial par l’Unesco.
Que dire des fouilles archéologiques de Sané, un endroit magique et chargé d’histoire?. Ce site ne se raconte pas, il faut y être pour le voir et le sentir.

C’est ce site qui a accueilli, y a des siècles de cela, l’Empereur Kankou Moussa qui, au cours de son célèbre pèlerinage, a emporté avec lui à la Mecque, vers le 12ème siècle, des tonnes d’or. D’aucuns ont vu en l’acte un gaspillage, cependant le geste a permis à l’empire d’être connu à travers le monde.

Faut-il encore rappeler l’existence de la ligne imaginaire qui est le point focal pour tous les vols aériens du monde entier communément appelée Greenwich Mean Time (GMT)?.

Que dire, enfin, de la Dune Rose de Koïma située de l’autre côté du fleuve et visible depuis le sommet du Tombeau des Askia, un lieu censé être de rendez-vous des sorciers du monde entier?.

La ville est un véritable havre de paix où l’atmosphère est loin d’être polluée. Malgré la chaleur allant souvent jusqu’à 45°, Gao offre de nombreuses perspectives de développement dans les domaines du transport qui reste très limité, du commerce et du tourisme qui refuse d’élargir ses horizons. Ce qui met en cause le développement de ses structures hôtelières.


Moulaye HAIDARA

05 Septembre 2008