Partager

A l’appel du Haut Conseil Islamique du Mali (HCIM), un grand rassemblement a eu lieu, ce mercredi 28 octobre, à la grande mosquée de Bamako pour dénoncer la publication des caricatures du prophète Mahomet et les déclarations du président français Emmanuel Macron suite à l’assassinat de Samuel. Des milliers de fidèles musulmans et plusieurs leaders religieux musulmans, dont l’imam Mahmoud Dicko, ont pris part au rassemblement.

Lors du meeting, les responsables du  Haut Conseil Islamique du Mali n’ont pas été tendres envers le Président français Emmanuel Macron. « Les discours irresponsables, diffamatoires, calomnieux et anti républicain de monsieur Emmanuel Macron sur l’islam et sur les caricatures à l’endroit du sceau des Prophètes : le Prophète Mohamed (PSL) visent à détourner l’attention du peuple français face aux problèmes principaux de leur pays à l’approche des élections présidentielles de 2022 », indique, dans son communiqué, le Haut Conseil Islamique du Mali( HCIM). Les responsables religieux musulmans du Mali ont dénoncé la « compréhension erronée et négative da la liberté d’expression par certains hommes politiques et intellectuels français » et s’inquiètent de « l’instrumentalisation du peuple français à des fins politiques et des délits de faciès dont sont victimes les musulmans. »  Le Haut Conseil Islamique du Mali a condamné « avec la plus grande fermeté » les propos de Emmanuel MACRON sur l’islam et sur les caricatures du Prophète Mohamed (PSL).  Le HICIM demande à MACRON de « présenter ses excuses » à la communauté musulmane du monde. L’organisation demande aussi « l’interdiction immédiate de toute publication de caricatures du Prophète Mohamed (PSL) en France. »

« Riposte dans la passivité »

L’imam Mahmoud Dicko, dans son allocution, a déclaré que cette « mobilisation » était nécessaire. «…Cela ne doit pas nous surprendre, ils n’ont jamais eu de considération pour notre religion. Nous allons mener notre riposte dans la passivité »,  a indiqué l’ancien président du Haut Conseil Islamique du Mali, avant de demander à ceux qui ont fait le déplacement de rentrer calmement à la maison. « Il ne faut rien casser, il ne faut rien brûler. Il ne faut pas faire de regroupements devant l’ambassade de France, mais nous devons rester vigilants et mobilisés pour la défense de notre religion et de notre Prophète », a déclaré l’imam de Badalabougou.

Dans plusieurs pays musulmans, des manifestations ont eu lieu pour dénoncer les propos  jugés « scandaleux » du président français Emmanuel Macron s’exprimant sur l’affaire du professeur décapité, Samuel Paty.  Le président français avait déclaré : « nous ne renoncerons pas aux caricatures. »

Beaucoup de musulmans voient en cette sortie médiatique du président français, une énième offense dirigée contre l’Islam. Professeur d’histoire et de géographie, Samuel Paty avait montré des caricatures de Mahomet lors d’un cours sur la liberté d’expression. Il a été, par la suite, décapité par un jeune réfugié tchétchène de 18 ans.

Madiassa Kaba Diakité

///////////////////////

Déclaration du HCIM suite aux propos de Monsieur Emmanuel MACRON Président de la République Française sur l’Islam et son Prophète (PSL)

Le Haut Conseil Islamique Mali, soucieux de la préservation de la paix mondiale du vivre ensemble entre les peuples et différentes religions du monde dans le cadre de la diversité et du multiculturalisme a suivi avec gravité, inquiétude et consternation les propos d’Emmanuel MACRON, Président de la République Française sur l’Islam et son Prophète, qualifiant l’Islam de religion de crise mondiale, et demandant à ses concitoyens de ne pas arrêter la diffusion des caricatures du Prophète Mohamed (PSL).

En effet, le Haut Conseil Islamique du Mali, rappelle à monsieur Emmanuel MACRON que ce n’est pas l’islam qui a été à la base du génocide Rwandais avec plus de 800 000 morts sous l’œil complice de la France.

Le Haut Conseil Islamique du Mali, rappelle également à monsieur Emmanuel MACRON que l’islam n’est pas à l’origine de la crise libyenne, mais la politique de la France et ses alliés ayant conduit à l’assassinat du Guide libyen par les services secrets français selon Ziad TAKIEDINE.

Le Haut Conseil Islamique du Mali rappelle enfin à monsieur Emmanuel MACRON que l’islam n’est pas à la base de la crise ivoirienne faisant plus de 3000 morts en 2010, mais plutôt la politique extérieure de la France.

Le Haut Conseil Islamique du Mali, se rappellera toujours de la main invisible qui a été complice du déclenchement de la rébellion au Mali le 17 janvier 2012, ainsi que de la proclamation de la République Islamique de l’Azawad sur le territoire et dans les medias d’Etat français.

Ainsi, au-delà de ce qui précède :

– Considérant les discours irresponsables, diffamatoires, calomnieux et anti républicain de monsieur Emmanuel Macron sur l’islam et sur les caricatures à l’endroit du sceau des Prophètes : le Prophète Mohamed (PSL) visant à détourner l’attention du peuple français face aux problèmes principaux de leur pays à l’approche des élections présidentielles de 2022 ;

– Considérant l’appel de monsieur Emmanuel MACRON encourageant ses concitoyens à continuer la publication des caricatures du Prophète Mohamed (PSL) au mépris des milliards de musulmans à travers le monde et avec le plus grand manque de respect à leur égard ;

– Insistant sur la fraternité et la solidarité islamique autour des questions d’intérêt internationale concernant l’islam et les musulmans ;

– Regrettant la compréhension erronée et négative da la liberté d’expression par certains hommes politiques et intellectuels français ;

– S’inquiétant de l’instrumentalisation du peuple français à des fins politiques et des délits de faciès dont sont victimes les musulmans et les symboles de l’islam en France dans le cadre de la lutte contre le séparatisme,

– Convaincu que les mosquées et les structures musulmanes en France sont loin de contribuer à la radicalisation en France et que les radicaux sont loin d’être militants des mosquées ou des structures musulmanes en France,

– Réaffirmant, notre attachement aux valeurs républicaines, démocratiques et laïques partout dans le monde ;

– Félicitant les Chefs d’Etat et les dirigeants musulmans à travers le monde pour leurs engagements et leurs déterminations contre les propos de monsieur Emanuel MACRON ;

– Condamnant avec la plus grande fermeté les propos de monsieur Emmanuel MACRON sur l’islam et sur les caricatures du Prophète Mohamed (PSL) ;

– Condamnant fermement la violence sous toutes ses formes comme moyen de lutte, d’expression et de revendication.

Fort de ces constats.

Le Haut Conseil Islamique du Mali demande :

1- A monsieur Emmanuel MACRON de présenter ses excuses à la communauté musulmane du monde ;

2- L’interdiction immédiate de toute publication de caricatures du Prophète Mohamed (PSL) en France ;

3- L’arrêt immédiat des fermetures de lieux de culte musulman et de la dissolution des structures musulmanes en France ainsi que les intimidations à endroits de leurs dirigeants ;

4- Le renforcement des arsenaux juridiques contre l’islamophobie et contre toute atteinte aux valeurs religieuses ainsi que toute violence faite au nom de la religion ;

5- A l’ensemble de la communauté musulmane du monde de rester mobilisée dernière leurs frères et sœurs de la France dans un environnement de diabolisation de leur foi et de leurs pratiques religieuses ;

6- Aussi, à la communauté musulmane de France de rester soudée et de ne ménager aucun effort dans leur lutte contre les groupes radicaux criminels, qui n’ont ni foi, ni religion ;

7- Une mobilisation de la communauté musulmane du monde contre le radicalisme international et contre tout discours de haine et de division.

8- A l’ensemble de la communauté musulmane du Mali et du monde entier de rester mobiliser pour des actions de boycott des intérêts français, aussi longtemps que les autorités françaises encourageront la publication des caricatures du Prophète Mohamed (PSL) ;

Par ailleurs, et compte tenu de la situation sécuritaire de notre pays et les menaces permanentes perpétuées par les groupes radicaux à l’encontre de tout individu ou tendance religieuse qui ne partage pas leurs visions et ou leurs compréhensions de l’islam,

Le Haut Conseil Islamique du Mali, condamne avec la dernière rigueur les menaces proférées ces derniers temps par, les groupes radicaux contre la célébration du Maouloud dans certaines localités du pays, et invite les plus hautes autorités du pays à prendre toutes les mesures nécessaires pour sécuriser les lieux de rassemblement pour la célébration du Maouloud.

Fait à Bamako, le 28 octobre 2020

Le Haut Conseil Islamique du Mali

Source: Le Républicain