Partager

Suite à la publication par le journal «Le Pays», mardi dernier, d’un article consacré à des cargaisons d’armes destinées au Mali, mais bloquées aux ports de Dakar et de Conakry, de source proche du ministère de la défense du Mali, il nous est revenu que le Mali a des cargaisons d’armes bloquées également à Abidjan.

Selon des sources dignes de foi, depuis la nomination de Cheick Modibo Diarra comme Premier ministre, il a passé des commandes d’armes au nom de l’Etat du Mali, avec l’argent du contribuable malien. Depuis un mois et demi, les armes sont arrivées à Conakry, Dakar et Abidjan, selon notre interlocuteur, qui estime qu’en l’espèce une procédure exceptionnelle devrait être engagée pour les formalités administratives, en vue de permettre l’acheminement rapide de cet arsenal de guerre vital pour un pays comme le nôtre.

Rien n’a été fait dans les pays concernés. Au contraire, ils jouent volontairement au dilatoire, aux procédures ennuyeuses, pour ne pas dire au blocage. Le hic, c’est que le Premier ministre a personnellement touché les plus hautes autorités de ces pays, qui ont promis de faire quelque chose. Mais, au finish, toujours rien.

Alors, est-ce la CEDEAO qui a ordonné ces tergiversations? Bloque-t-elle les cargaisons d’armes pour empêcher nos soldats d’être opérationnels avant l’envoi de troupes étrangères? En tout cas, on ne comprendrait pas que des amis du Mali œuvrent en douce contre celui-ci. Vivement donc que la CEDEAO s’explique sur ces comportements douteux! A suivre.

Chahana Takiou

19 Juillet 2012