Partager

Centre d’animation pédagogique de Djélibougou (CAP) : Un enseignant dénonce la vente de manuels scolaires et l’injustice dans le choix des correcteurs du DEF

Pour avoir dénoncé la vente aux commerçants des livres mis à la disposition de l’école publique de Nafadji par le département en charge de l’éducation nationale, le professeur d’anglais Aboubacrine Touré est aujourd’hui victime de sanctions arbitraires de la part de son directeur. Malgré le fait qu’il enseigne dans des classes de 9ème année, il a été purement et simplement écarté de la correction des copies du DEF au profit d’enseignants en charge d’autres classes que la 9ème année.

C’est le cœur meurtri et surtout désespéré de l’avenir de notre système éducatif que ce professeur digne de foi s’est rendu hier matin à notre rédaction pour dénoncer l’injustice dont il est victime de la part des responsables scolaires de Nafadji avec la complicité des responsables du CAP de Djélibougou.

En effet, M. Touré, est professeur d’anglais au second cycle de Nafadji dans les classes de 7ème, 8ème et 9ème années. Par nature, c’est quelqu’un qui n’aime pas l’injustice. « Ainsi, courant l’année scolaire 2010-2011, un mercredi après-midi, je me suis rendu à son établissement, j’ai coïncidé avec un individu en moto Jakarta chargé des livres scolaires mis à la disposition de notre établissement par le ministère de l’Education nationale. C’était le Directeur en personne, Lamine Kéïta qui lui avait cédé ces bouquins » a-t-il expliqué. L’enseignant n’a pas pu rester indifférent à cette situation.

Il a alors saisi le CAP de Djélibougou dont relève l’établissement. Le Directeur de CAP, Aboubacrine Touré lui apprit ce qui s’est passé. M. Touré s’est fait remarqué aussi pour son opposition au renvoi des enfants dont les parents ne se sont pas acquittés de la cotisation scolaire fixée à 1500 FCFA dans leur école.

Convoqué chez de Directeur de CAP pour ses prises de position, M. Touré rappela alors à celui-ci l’affaire des livres à laquelle il n’a pas donné de suite. Celui-ci l’a envoyé chez son adjoint qui lui fera savoir que « l’administration scolaire est un système et qu’il n’a pas intérêt à se mettre à l’encontre de ce système au risque d’être sanctionné ».

La sanction tomba lors de la publication de la liste des professeurs retenus pour la correction des copies du DEF 2011-2012. Où l’administration scolaire a simplement écarté ce prof qui donne des cours dans des classes d’examen. D’autres sont retenus pour des matières qu’ils n’ont jamais données. Il a même cité des noms que nous avons préféré ne pas dévoiler.

C’est le cas par exemple de ce prof de math-physique-chimie retenu pour corriger dans la commission histoire-Géographie par décision datée du 9 juillet 2012 signée par le chef de cabinet du gouverneur, Amadou Dolo. « Je dénonce cette mafia installée au CAP de Djélibougou et j’interpelle le ministre de l’Education Adama Ouane pour que désormais la gestion des manuels scolaires puisse se faire dans la transparence » a indiqué M. Touré.

« Dans le passé deux directeurs d’écoles avaient été limogés pour mauvaise gestion des livres scolaires, mais celui de Nafadji second cycle à des complices au niveau du DCAP » a-t-il souligné. Avant de conclure en ces termes « il faut moraliser le choix des correcteurs des examens et il faut réduire la durée des mandats des directeurs .

Youssouf CAMARA

11 Juillet 2012