Partager

Le ministre du Développement rural, Modibo Keïta a procédé, samedi dernier, au lancement des travaux du Programme annuel d’entretien (PAE) 2022 de l’Office du Niger.

C’était en présence du directeur de cabinet du gouverneur de la Région de Ségou, Afel B. Yattara et du Président directeur général de l’Office du Niger, Abdel Karim Konaté.

Il est utile de rappeler que les travaux d’entretien du réseau primaire financés par l’État chaque année pour un montant de 1,9 milliard de Fcfa couvrent 334 km de canaux et drains primaires, soit 74% du réseau primaire de l’Office du Niger. Ceux du réseau secondaire sont financés par la redevance eau pour un coût global de 3,2 milliards de Fcfa.

C’est à bord d’une pelle mécanique hydraulique (engin de chantier) que le ministre Keïta a donné le coup d’envoi des travaux de nettoyage mécanique du chenal droit du canal Coste-Ongoïba sur 19 km, exécutés par l’entreprise Danaya.

Il est attendu une amélioration de l’hydraulicité du canal pour l’irrigation sans contraintes des parcelles rizicoles de M’Bewani (20.000 hectares), des champs de canne à sucre et rizières de Sukala (7.200 hectares) et de N’Sukala (8.600 hectares).

Ces travaux d’entretien de l’Office du Niger concernent aussi la réhabilitation du chariot N°2 du barrage de Markala et de l’ensemble de son système électrique, le faucardage, le nettoyage et l’enlèvement des plantes aquatiques dans le canal de Thio et au niveau des drains de Massala et du Kala supérieur.

La finalité de cette opération est la remise en bon état de fonctionnalité des infrastructures hydrauliques, afin de fournir de l’eau d’irrigation aux casiers aménagés en volume suffisant et en temps voulu durant la campagne agricole.

Le ministre du Développement rural a déclaré que l’Office du Niger qui est considéré comme le plus grand bassin de production agricole a un réseau hydraulique dense de 12.200 km. «Celui-ci dispose d’un système central dont le barrage de Markala qui est le cœur du système agricole de Ségou», a souligné Modibo Keïta.

Le déficit pluviométrique, les crises et conflits internationaux ont eu des conséquences sur les prix du blé. Il est important, de l’avis du ministre Keïta, de mettre à niveau les canaux d’irrigation pour que la région puisse jouer son rôle dans l’amélioration de la sécurité alimentaire et nutritionnelle du pays.

Et le chef du département du Développement rural de remercier le président de la Transition, le colonel Assimi Goïta et le Premier ministre pour leur soutien au monde rural.

Il a aussi félicité les exploitants agricoles pour le taux élevé de recouvrement de la redevance eau, ainsi que le PDG de l’Office du Niger pour le recrutement d’un bureau  de  contrôle et de surveillance pour que les travaux soient réalisés dans de bonnes conditions et dans les délais contractuels.

Bakari Bouaré, membre du comité paritaire de M’Bewani, s’est réjoui du démarrage des travaux qui vont grandement faciliter l’écoulement de l’eau et permettre aux producteurs de travailler en toute tranquillité.

Selon le directeur de la gestion de l’eau et de la maintenance du réseau hydraulique, Bakui Koné, ces travaux concernent non seulement l’élimination des plantes aquatiques, mais aussi la réhabilitation des pistes dégradées.

«L’objectif est d’assurer la fourniture correcte de l’eau pour servir 140.000 hectares aménagés à l’Office du Niger. Grâce au nettoyage des drains, les parcelles agricoles et villages seront à l’abri des inondations», a-t-il ajouté.


Mamadou SY

Amap-Ségou

Source: L’Essor