Partager


Après la 5e journée de la première phase des éliminatoires combinées CAN-Mondial 2010, qui a vu la défaite des Aigles du Mali face aux Diables rouges du Congo (0-1), certaines rumeurs avaient parcouru le pays, faisant croire que le Mali risque d’être éliminé à la CAN 2010.

En effet, lors de la première journée jouée le 1er Juin 2008, le Tchad avait refusé d’aller jouer au Soudan, à cause des tensions politiques entre les deux pays. Ce qui est tout à fait normal. Mais à la surprise générale, la CAF, censée mieux connaître et mieux cerner les réalités africaines, est tombée bas, en disqualifiant le Tchad de la CAN 2010.

Heureusement que la FIFA a réparé cette injustice ; et les responsables furent mis à nus et humiliés. Du coup, le Tchad fut autorités à disputer les éliminatoires du Mondial 2010. Cela a été bien fait par le Tchad qui a ainsi donné des motifs de fierté à la FIFA. La preuve : le pays dirigé par Idriss Déby Itno possède 6 points.

Voyant qu’elle est dans une erreur monumentale, la CAF n’a pas eu le courage de revenir sur sa décision initiale. C’est ainsi que les éliminatories ont démarré. Après cinq journées disputées, le Mali, avec 9 points, est co-leader avec le Congo. Mais avec la différence des buts, les Aigles occupent la tête avec +4, contre +1 pour le Congo. Le Tchad et le Soudan totalisent 6 joints.

Comme on le voit, tout se jouera lors de la dernière journée pour la première place directement qualificative pour la seconde phase des éliminatoires. Le 12 Octobre prochain donc, le Mali recevra le Tchad à Bamako ; et le Soudan recevra le Congo Brazzaville à domicile.

Polémiques inutiles et sans fondement

La défaite des Aigles au Congo (0-1) a permis de connaître les vraies motivations des personnes mal intentionnées. C’est ainsi qu’on entend souvent dire que cette défaite du Mali risque de lui être fatale. Et que si on n’y prête pas attention, le Mali risque de rater le rendez-vous de la CAN 2010, et pire, du Mondial 2010.

Il s’agit bien des éliminatoires combinées (que d’aucuns diront cumulées) de la CAN-Mondial 2010. Et non des éliminatoires de la CAN et de la Coupe du Monde 2010. Et tout cela, sous la supervision de la FIFA. C’est dire que c’est deux évènements distincts, mais qui forment une seule entité. D’où les polémiques inutiles et sans fondement réel d’analyse.

Forcément, c’est le classement prôné par l’instance internationale qui sera pris en compte. Et comme on le sait, c’est la FIFA qui est le sommet de toutes les cinq confédérations des cinq continents du monde entier. Aussi, la dernière décision revient à la FIFA, qui a finalement tranché. C’est donc le classement actuel qui compte, jusqu’à la fin des 6 journées.


Des méchancetés gratuites à bannir

Au lieu que tous les acteurs du football malien se mettent sur le même diapason pour soutenir les Aigles en difficulté, certaines personnes tapies dans l’ombre (par médias interposés) tentent de déstabiliser l’équipe nationale. Ces gens que certains ont qualifiés “d’apatrides” n’ont pas hésité à semer le doute dans l’esprit des férus du ballon rond.

En réalité, ils ne visent ni plus ni moins que l’encadrement technique. D’abord, ils n’ont pas apprécié le choix porté sur Stephen Keshi. Ce qui leur a fait mal surtout, c’est le choix porté sur Mamadou Coulibaly dit “Madou Coulou s” comme adjoint, au détriment de leurs pions préférés qu’ils avaient voulu imposer par tous les moyens à la Fédération Malienne de Football.

Mais ils doivent savoir qu’une qualification des Aigles à la CAN et au Mondial 2010 n’est pas seulement du ressort de l’encadrement technique, ni du président de la FEMAFOOT, ni même du Président de la République, mais de tout le peuple malien, de Kayes à Kidal. Le Mali n’appartient donc pas seulement à une petite frange du pays, mais à tous les Maliens, sans exception de race, de religion, d’ethnie, ou de… club.

Aussi faut-il mettre fin aux méchancetés gratuites qui ne mènent nulle part. Mais hélas, ne dit-on pas que le Malien est une exception? Sinon, la plupart de ces gens qui s’agitent dans l’ombre ont eu à faire leur temps au sein de la fédération, mais n’ont jamais pu mieux faire que ceux qui sont aujourd’hui aux commandes.

Même si les Aigles devenaient derniers de leur Poule, il n’appartient pas à ces détracteurs de le crier sur tous les toits. Et si le Mali devenait premier?… En fait, il faut vraiment de la méchanceté pour semer le doute dans l’esprit de ces supporters qui, pour la plupart, sont analphabètes.

Ces gens doivent savoir que lorsqu’il s’agit d’une affaire nationale, ils doivent taire leurs rancunes personnelles. Il ne s’agit ni de Keshi, ni de Madou Coulou, mais du Mali. On comprend aujourd’hui que ces gens luttent pour leurs seuls intérêts personnels et non pour le pays. S’ils n’ont rien à dire, qu’ils se taisent vraiment !”, a fustigé un observateur sportif.

La FIFA a décidé

Si le Mali gagne son dernier match face au Tchad, le 12 Octobre prochain, et que le Congo ne cartonne pas le Soudan à Kharthoum, c’est le Mali qui sortira premier de sa Poule. Mieux : même en cas de victoire du Congo, les Aigles seront premiers avec le goal average particulier.

Face à cette confusion créée par la CAF, la FIFA a enfin tranché. Le premier de la Poule se qualifiera directement pour la seconde phase. Et s’il y a le meilleur 2è dans la Poule, il passera. Ce qui fera 20 équipes au second tour, qui seront reparties en 5 groupes de 4 équipes.

Les premiers de chaque Poule se qualifient pour la Coupe du Monde ; et les trois premiers se qualifient pour la CAN 2010. Comme on le voit, pour les Aigles du Mali, il s’agira de mettre le paquet pour gagner le match face au Tchad en vue de s’assurer la première place.

Une victoire, le 12 Octobre, permettra aux Aigles de se racheter de la défaite subie face au Congo et du coup, de se réconcilier envers le public sportif qui est en train d’être induit en erreur par les ennemis du football malien en général, et de l’encadrement technique en particulier.

En attendant le jour J, l’encadrement technique est conscient de l’énorme tâche qui l’attend. Aussi espère-t-on que les Maliens épris de bon sens prieront pour le succès des Aigles face au Tchad, le 12 Octobre prochain.

J’encourage Keshi et ses collaborateurs à ne pas se focaliser sur les ennemis du football malien. Qu’ils continuent sur leur lancée, pour le bonheur des supporters surtout. S’il plaît à Dieu, ils verront le Mali à la seconde phase des éliminatoires”, a déclaré un autre observateur sportif, très confiant.

Sadou BOCOUM

18 Septembre 2008