Partager

La 16e édition de la phase finale de la Coupe d’Afrique des Nations junior «Rwanda 2009» a donné son coup d’envoi depuis dimanche 18 janvier 2009 au stade de Kigali. Hier mercredi, 21 janvier 2009, nos Aiglons effectuaient leur deuxième sortie contre leurs homologues du Ghana. La prestation des nôtres a été tout simplement décevante pour le public sportif malien.

Au terme des 90 minutes réglementaires, ils ont été battus par les Black Starlettes du Ghana par 0-2. Une mauvaise sélection de l’équipe malienne en est la cause.

Du coup, la troisième et dernière sortie des Aiglons contre les Lionceaux du Cameroun le 24 janvier prochain, ne sera qu’une simple formalité, les nôtres ayant définitivement compromis toutes leurs chances pour la suite de la compétition.

Djibril Dramé et ses poulains sont complètement à côté du sujet. Le Mali pour se qualifier, devait impérativement gagner ce match contre le Ghana et en faire de même contre le Cameroun le 24 janvier prochain. Face au Ghana, la défaite était donc interdite aux Aiglons.

Mais, comme ce fut le cas, en match d’ouverture de cette CAN junior, les Aiglons du Mali, battus par le Rwanda, pays organisateur par le score de 2 buts à 1, ont été méconnaissables dans tous les compartiments du terrain. L’on a vu une équipe malienne manquant cruellement de fond, aussi physiquement que tactiquement.

Avec une défense qui a montré toutes ses limites, un axe central qui ne tourne pas à merveille et une attaque fébrile, l’on ne pouvait pas s’attendre à une victoire. Il faut le dire, nos Aiglons ont étrangement perdu la verve affichée pendant les éliminatoires.

En tout cas, le constat est là et il est très amer. Hier, les jeunes Ghanéens ont su tirer profit du manque de réalisme des nôtres. A la 14è minute, Adson Awako ouvrait le score pour son équipe. Un à zéro, c’était le score à la pause.

A la reprise, alors que l’on s’attendait à ce que les Aiglons reviennent dans la rencontre, la grosse bévue du portier malien Adama Kéïta, permettra au Ghana d’inscrire son deuxième but, œuvre de Randsfor Osseyi à la 71e minute.

Il ne reste donc plus rien à espérer des nôtres en terre rwandaise. Juste après leur prochaine rencontre contre le Cameroun, il ne restera qu’à revenir au bercail. Et cela permettra aux uns et aux autres de tirer les leçons de cette «débâcle».

Mais, d’ores et déjà, un doigt accusateur est pointé sur Djibril Dramé qui aurait opéré une sélection avec beaucoup de laxisme, pour ne pas dire avec assez de favoritisme. Il faut le relever, dans les joueurs sélectionnés, une part belle a été faite à l’ASKO, une équipe qu’encadrait Djibril Dramé.

Pire encore, son adjoint est aussi de l’ASKO. Par contre, pas de joueurs du Djoliba, quelques chanceux du Stade malien de Bamako et du CSK. N’est-ce pas là un choix du favoritisme ? Ce qui est sûr, l’entraîneur national devra donner des explications sur son choix des joueurs.

Par ailleurs, il est à rappeler que le Mali participait ainsi à sa 6e phase finale depuis 1995. Dans l’ancienne formule de la compétition, les poulains de Amadou Bass avaient atteint la finale avant de s’incliner devant le Nigeria (2-1 à Bamako, 2-0 à Lagos).

Fini donc le temps des illusions. Le Mali est contraint de quitter la compétition à partir du 24 janvier prochain et ne peut prétendre à une qualification au Mondial.

Car, c’est seules les quatre équipes demi-finalistes qui seront automatiquement qualifiées pour la Coupe du monde des moins de 20 ans qui aura lieu en Egypte. Si l’Egypte finit dans les 4 premiers, l’équipe terminant 5e sera également qualifiée.

Bruno Loma

22 Janvier 2009