Partager

Les Aiglonnes ont succédé aux Tunisiennes au palmarès du championnat d’Afrique junior de basket féminin, dont la 9è édition a eu lieu à Cotonou (Bénin) du 8 au 16 septembre 2006.

Lors de la finale disputée samedi dernier, elles n’ont laissé aucune illusion aux Ivoiriennes battues 77 à 66. Nos basketteuses avaient dominé les mêmes adversaires lors d’une première rencontre par 62 à 56.

Cette 9e édition du championnat d’Afrique de la catégorie a été largement dominée par les protégées de Amara Traoré et Lanfia Diarra. Elles sont restées invaincues du début à la fin de la compétition.

Après avoir dominé les Béninoises (58-46) lors de la première journée, elles ont successivement battu l’Angola (69-37), la Côte d’Ivoire (62-56) et la R.D Congo (72-47).

En demi-finale disputée vendredi dernier, elles ont confirmé leur première victoire sur les Béninoises qui se sont lourdement inclinées par 80 à 44. Les Ivoiriennes ont remporté l’autre demi-finale face aux Congolaises (RDC) par 67 à 55.

Notre Equipe nationale n’a cessé de monter en puissance au fil des matches. Ce parcours exceptionnel pour une Equipe nationale malienne ne surprend guère puisque l’ossature des Aiglonnes est composée de joueuses talentueuses comme Fatoumata Bagayoko, Fatoumata Traoré, Fatoumata Touré « Mami », Kadia Sacko, Sira Diakité…

Les Maliennes ont été de loin les meilleures de ce tournoi. La preuve est que Mami a été élue meilleure joueuse du championnat. Ce sacre leur ouvre les portes du Championnat du monde junior prévu du 26 juillet au 5 août 2007 à Bratislava (Slovaquie). Elles vont représenter l’Afrique avec les Ivoiriennes qui ont également surpris plus d’un.

Après le Djoliba qui a offert au Mali sa première consécration continentale au niveau des clubs de sport collectif, c’est au tour des Aiglonnes de donner à la nation une première consécration africaine aux niveaux des Equipes nationales de sport collectif.

Sans compter que nos basketteurs juniors sont vice-champions d’Afrique et qu’ils vont également représenter le continent au prochain championnat du monde de leur catégorie prévu à Vancouver, au Canada.

Cela est à l’honneur des dirigeants actuels de la Fédération malienne de basket-ball, des clubs qui ne ménagent aucun sacrifice pour améliorer le niveau de cette discipline et surtout des joueurs et joueuses qui ont toujours mis l’intérêt national au-dessus de tout.

Contrairement aux Aigles footballeurs, on les entend moins lorsqu’il s’agit de défendre les couleurs nationales dans des conditions très souvent déplorables. Mais, ils ont toujours les meilleurs résultats.

Il est donc temps de corriger l’injustice dont souffre des disciplines comme le basket de la part des autorités maliennes.

Et ce ne sont pas ni les discours opportunistes ni les sommes d’argent opportunément ou circonstanciellement offertes qui vont leur rendre justice !

Moussa Bolly

18 septembre 2006.