Partager

Menée 1-0 après une demi-heure et réduite à dix à l’entame du dernier quart d’heure, la sélection nationale a eu les ressources physiques et morales suffisantes pour battre 3-1 le Soudan du Sud, hier à Kampala au compte de la deuxième journée des éliminatoires. Grâce à ce succès, le Mali prend seul la tête de la poule G avec 6 points, devant le Congo et la Gambie qui affichent chacun 3 unités au compteur

Deux matches, deux victoires. Le Mali tient son statut de favori du groupe G des éliminatoires de la CAN, Côte d’Ivoire 2023. Larges vainqueurs du Congo (4-0), le 4 juin dernier au stade du 26 Mars, les Aigles ont remis ça hier, en dominant le Soudan du Sud (3-1), au stade St. Mary’s Kitende de Kampala en Ouganda.

Menés 1-0 au tableau d’affichage après une demi-heure (but de Rashid Toha Freedon à la 29è minute), les protégés du technicien Éric Sékou Chelle ont renversé la vapeur, en marquant trois buts aux 58è, 90è +3 et 90è min+5, œuvre de Mohamed Camara, Sékou Koïta et Aliou Dieng.

Les deux dernières réalisations sont intervenues alors que les Aigles évoluaient en infériorité numérique, suite à l’expulsion de l’attaquant Ibrahima Koné (77è min). Ce succès permet au Mali de s’installer seul aux commandes du groupe G, avec 6 points, à trois longueurs des deux deuxièmes, la Gambie et le Congo (3 unités chacun). Quant au Soudan du Sud, il ferme la marche avec 0 point.

Pour ce match d’hier, le sélectionneur national Eric Sékou Chelle n’a porté que deux changements dans le onze de départ par rapport à celui de la première journée contre les Diables Rouges du Congo. En attaque, Kalifa Coulibaly a remplacé Ibrahima Koné, sorti sur blessure lors de la journée inaugurale alors qu’au milieu de terrain, Amadou Haïdara «Doudou» a été intégré à la place d’Aliou Dieng. Battu lors de la première journée par la Gambie (1-0), le Soudan du Sud voulait à tout prix obtenir un résultat positif à l’occasion de ce match délocalisé en Ouganda.

À «domicile», les Bright stars (surnom de la sélection sud soudanaise, ndlr) démarrent bien la partie en exerçant un pressing haut sur les Aigles. Les joueurs de l’Italien Stephano Cusin quadrillent bien le terrain et empêchent le capitaine Hamari Traoré et ses coéquipiers de développer leur jeu.

Ce départ en fanfare et cette vivacité surprennent les Aigles. Dès la 6è minute, l’ailier Yuel Kuach allume la première mèche, mais son tir est dévié en corner par Mamadou Fofana. Les Aigles tentent de répliquer, mais manquent d’inspiration et de spontanéité dans les trente derniers mètres à l’image d’El Bilal Touré qui passe à côté (11è min), Diadié Samassékou (20è min) ou encore Yves Bissouma (21è min).

Le Soudan du Sud reste dans le match et prend confiance au fil des minutes. Résultat : suite à un coup franc de Yuel Kuach, le défenseur central Rashid Toha Freedon marque au deuxième poteau (29è min). Dans les tribunes, les Sud Soudanais font la fête. Les Aigles sont quelque peu déboussolés et frôlent le pire sur une tête de Yuel Kuach qui oblige le gardien Ismaël Diarra Diawara à se détendre pour sauver sa cage (38è min).

À la mi-temps, les supporters sud soudanais enflamment le petit stade St. Mary’s Kitende. Au retour des vestiaires, les Aigles montrent un autre visage. Ils mettent le pied sur le ballon et obligent les Bright stars à se replier pour procéder par des contres. Les Maliens vivant en Ouganda, sous la houlette du vice-président de l’Union nationale des associations des supporters des Aigles (UNASAM), Cheickna Demba donnent de la voix au capitaine Hamari Traoré et à ses coéquipiers. La musique malienne passe en boucle dans les gradins.

DEUX BUTS DANS LES ARRÊTS DE JEU- À la 50è minute, le milieu de terrain Diadié Samassékou expédie un tir qui sera capté par le gardien. Huit minutes plus tard, Mohamed Camara, auteur de l’ouverture du score contre le Congo lors de la première journée, égalise pour les Aigles (1-1, 58è min). Les Sud Soudanais répliquent par l’avant-centre Okello Tito Odong, mais le gardien Ismaël Diarra Diawara veillait au grain (68è min). À la 75è minute, le Mali revient encore à la charge avec Moussa Djénépo, qui passe en revue la défense adverse avant d’effectuer un centre qui ne trouve personne.

Dans la foulée, l’attaquant Ibrahima Koné écope d’un carton rouge et se voit contraint de quitter ses camarades (77è min). Réduits à dix, les Aigles ne baissent pas les bras. Ils continuent d’attaquer le camp des Sud Soudanais qui craquent deux fois dans le temps additionnel. D’abord, sur un coup de tête rageur de Sékou Koïta bien servi par Moussa Djénépo (90è min +3), ensuite sur une frappe d’Aliou Dieng mis sur orbite par le très remuant Nènè Dorgèles (90è min +5).

Les quatre joueurs impliqués dans les deux derniers buts des Aigles, à savoir Sékou Koïta, Moussa Djénépo, Aliou Dieng et Nènè Dorgèles ont tous été intégrés en deuxième période. On appelle ça un coaching gagnant. Et le nouveau sélectionneur Éric Sékou Chelle a d’autant de raisons d’être content du bilan des deux premières journées des éliminatoires de la CAN, que ses joueurs ont marqué 7 buts pour seulement un encaissé. Il y a longtemps qu’on n’avait pas vu la sélection nationale faire montre d’une telle efficacité offensive.

Envoyé spécial


Ladji M. DIABY

Jeudi 9 juin au stade St. Mary’s Kitente à Kampala.
Soudan du Sud-Mali : 1-3.

Buts de Rshid Toha Freedon (29è min) pour le Soudan du Sud, Mohamed Camara (58è min), Sékou Koïta (90è min +3), Aliou Dieng (90è min +5).

Explusion d’Ibrahima Koné du Mali (77è min).

Arbitrage de l’Ougandais Mashood Ssali, assisté de ses compatriotes Lee Okello et de Emmanuel Okudra.

Commissaire : Gizate Mazengia (Ethiopie).

Soudan du Sud : Ramadan John Mayik Diing, Peter Maker Manyang (cap) (Timateo Benard Agele Micheal, 48è min), Joseph Malish Manase (Abdelkarim Mutwakil Abaker Youm, 88è min), Yuel Kuach (Wani Isaac Peter, 88è min), Manyumow Achol (Loki Emmanuel Peter, 63è min), Okello Tito Odong, Rashid Toha Freedon, Chol Peter Bentiu Daniel, Wani Ivan Adebo, Data Elly Christopher (Stephen Pawaar Lony (62è min), Attendele Mawa Christopher Lokosang.

Sélectionneur : Stephano Cusin.

Mali : Ismaël Diarra Diawara, Hamari Traoré (cap), Boubacar Kiki Kouyaté, Mamadou Fofana, Amadou Danté, Diadié Samassékou, Mohamed Camara (Aliou Dieng, 84è min), Amadou Haïdara (Moussa Djénépo, 60è min), Yves Bissouma (Nènè Dorgèles, 45è min), El Bilal Touré (Sékou Koïta), Kalifa Coulibaly (Ibrahima Koné, 60è min).

Sélectionneur : Éric Sékou Chelle.

Source: L’Essor