Partager

Les Aigles et le Zlang Nacional se sont affrontés trois fois, toutes compétitions confondues. Pour le moment, la sélection nationale mène 3-0 et a toutes les cartes en main pour prolonger la série, ce soir au stade de Limbé

 Après un parcours sans défaite lors de la phase de poules, le Mali affronte la Guinée équatoriale, aujourd’hui, au stade de Limbé pour une place en quarts de finale. Des deux côtés, la victoire est impérative pour poursuivre l’aventure camerounaise et il faut s’attendre à une partie âprement disputée. En tout cas, l’enjeu est de taille pour les deux sélections, même si celles-ci ont déjà atteint, chacune, ce stade de la compétition. Il y a 50 ans (1972), le Mali avait même réussi à se hisser en finale et c’était déjà en terre camerounaise. 

A défaut de faire mieux que leurs illustres devanciers, dont Salif Keïta «Domingo», Fantamady Keïta, Cheick Diallo, feu Mamadou Keïta «Capi», feu Bakoroba Touré, le capitaine Hamari Traoré et ses partenaires tenteront d’aller le plus loin possible et cela passe d’abord par une victoire, ce soir contre le Zlang Nacional (surnom de la sélection équato-guinéenne, ndlr). 


Le match marquera la quatrième confrontation entre les deux sélections après celles de 2009 (match amical) et 2016 (éliminatoires de la CAN), des rencontres qui ont toutes tourné à l’avantage des Aigles. Pour le moment donc, la sélection nationale mène 3-0 et abordera le match d’aujourd’hui avec les faveurs du pronostic. Du moins sur le papier car de 2016, date de la dernière explication entre nos deux pays, beaucoup d’eau a coulé sous le pont, tant du côté malien que du côté équato-guinéen. 

La Guinée équatoriale était logée dans la même poule que la Côte d’Ivoire, la Sierra Leone et l’Algérie et le Zlang Nacional a terminé deuxième du classement, avec 6 points, derrière la Côte d’Ivoire (deux victoires, face respectivement à l’Algérie et la Sierra Leone, une défaite contre la d’Ivoire). Ce sont les équato-Guinéens qui ont mis fin à l’invincibilité des Fennecs d’Algérie (35 matches sans défaite, toutes compétitions confondues), battus 1-0 lors de la deuxième journée de la phase de poules. Quelques jours plus tard, le Zlang Nacional a confirmé cette belle prestation, en s’imposant devant la Sierra Leone sur le même score. C’est dire que la Guinée équatoriale a le moral gonflé à bloc et vendra chèrement ses chances face aux Aigles. 

En tout cas, on peut s’attendre à tout sauf un quelconque complexe d’infériorité du Zlang Nacional, qui a déjà marqué cette CAN de son empreinte, en mettant fin à la longue série des champions d’Afrique algériens. Sur le plan technique, les Aigles ont sans doute plus d’arguments que les équato-Guinéens et la sélection nationale dispose également de plus d’individualités que son adversaire.


Mais comme on s’en est aperçu lors de son match de poules contre l’Algérie, la Guinée équatoriale met beaucoup d’impact dans son jeu et ne rechigne pas au combat. Pour les Aigles, la première équation sera d’abord de répondre présent au défi physique du Zlang Nacional, empêcher l’adversaire de développer son jeu et gagner des duels. Ensuite, le capitaine Hamari Traoré et ses coéquipiers devront se montrer plus incisifs en attaque, là où l’équipe peine à convaincre depuis le début de cette CAN.  Dieu merci, tous les joueurs ont été testés négatifs à la Covid-19 et le sélectionneur Mohamed Magassouba pourra compter sur un effectif au grand complet. 

«Nous allons aborder cette rencontre contre la Guinée équatoriale comme on l’a fait lors des trois matches de poules. Dans notre philosophie, toutes les équipes ont de la valeur, nous négocions toutes les rencontres comme cela se doit sans se mettre la pression», a déclaré Mohamed Magassouba, hier lors de la conférence de presse d’avant-match. Le technicien des Aigles changera-t-il de dispositif tactique avec le retour de Moussa Djénépo et d’El Bilal Touré qui étaient suspendus lors du dernier match de poules ? «Il y a 28 joueurs qui sont tous valables. Le véritable problème dans notre équipe ne se pose pas en termes de choix mais plutôt en termes de rôle que chacun doit jouer lorsqu’il est choisi. Ceux qui seront choisis devront jouer parfaitement leur rôle et je fais confiance à toute l’équipe», a répondu Mohamed Magassouba.

Le milieu de terrain des Aigles, Aliou Dieng abondera dans le même sens. «Pour nous, toutes les équipes ont la même valeur, on ne sous-estime personne, tous les adversaires doivent être pris au sérieux.  Il y a déjà eu beaucoup de surprises dans cette CAN, cela veut dire qu’il n’y a plus de petites nations de football. Donc, nous allons aborder cette rencontre comme les autres rencontres. Tous les joueurs sont conscients de l’enjeu du match, nous allons tout donner pour obtenir notre ticket pour les quarts. Notre objectif est de jouer les sept rencontres de cette compétition», a dit le jeune milieu d’Al Ahly d’égypte. Le message est clair : jouer les sept matches de la CAN signifie, atteindre au moins la finale. 

Envoyés spéciaux
Boubacar THIERO

Oumar DIOP 

Aujourd’hui au stade de Limbé

19h : Mali-Guinée équatoriale

Source: L’Essor