Partager

Large vainqueur 3-0 lors de la manche aller, la sélection nationale peut se contenter d’un nul ou même d’une défaite avec 2 buts d’écart pour valider son ticket pour la phase finale.

Les Aigles sont en déplacement au Botswana pour affronter les Zèbres, un match comptant pour les éliminatoires retour de la CAN, Afrique du Sud 2013. Une rencontre importante pour les deux pays puisqu’il y a une qualification au bout pour la 29è édition de la phase finale de la compétition. Malgré qu’ils jouent à l’extérieur, les nôtres partent favoris de cet affrontement. Car notre pays a terminé sur la 3è marche du podium de la précédente CAN et est également 3è africain et 27è mondial au classement FIFA. Le Mali a désormais le statut de grande nation de football et les Aigles se doivent de confirmer ce statut surtout après leur large succès 3-0 lors de la manche aller.

Au moment donc d’affronter les Zèbres, Adama Coulibaly dit Police qui portera probablement le brassard de capitaine en l’absence de Seydou Keïta et ses partenaires ne doivent viser seulement l’essentiel c’est-à-dire la qualification. Ils doivent rassurer les supporters en ramenant un résultat positif du Botswana. Sur le papier, Cheick Tidiane Diabaté et ses coéquipiers seront face à une équipe botswanaise de moindre calibre (120è mondial et 34è africain) mais qui sera motivée par son public et par l’envie de participer à sa 2è Coupe d’Afrique de nation après l’édition précédente. C’est dire que cette manche retour n’aura rien de commun avec le match aller. Pour ce match, les Zèbres n’attendront pas les Aigles. Ils vont sans douter sortir pour attaquer avec la ferme conviction de remonter les trois buts encaissés à Bamako.

C’est au sélectionneur national, Patrice Carteron d’avoir le plan nécessaire pour stopper les assauts de Mogakolodi Ngele (buteur contre notre pays à la CAN 2012) et ses partenaires de la ligne d’attaque botswanaise. Le technicien français doit d’abord corriger les lacunes de l’équipe. Au match aller, face à une équipe attentiste, les Aigles ont eu le monopole du ballon mais la plupart du temps c’était dans leur propre camp. Il y a eu ce large espace entre la défense et l’attaque à tel point qu’il n’y a pas eu beaucoup de jeu, des passes dans les 30 derniers mètres et aussi le milieu n’a pas pu bien ouvrir la défense. A chaque accélération botswanaise, la défense malienne était prise de vitesse. Pour ce match retour, les Zèbres ne se limiteront pas à quelques accélérations. Patrice Carteron doit donc revoir son système afin de permettre une bonne organisation au milieu, surtout avec l’absence de certains ténors comme Seydou Keïta, Adama Tamboura, Mahamadou Diarra.

A l’heure de composer son onze de départ, le sélectionneur national sera confronté à un problème majeur : le milieu. C’est le cœur de jeu de toute équipe qui veut avoir des bons résultats. Si le Mali s’est hissé sur le podium lors de la CAN au Gabon et en Guinée Equatoriale, c’est en grande partie du à une bonne organisation au milieu du terrain. Les prestations de Samba Diakité, Samba Sow, Bakaye Traoré, Seydou Keïta, pour ne citer que ceux-ci, ont permis à notre pays d’avoir son meilleur classement à la CAN depuis Yaoundé 1972 (les nôtres avaient perdu en finale 3-2 face à l’ex-Zaïre devenu aujourd’hui RD Congo). Les Aigles joueront ce match contre le Botswana sans plusieurs rescapés de la dernière CAN. En fait seul Samba Sow participera à la rencontre. Seydou Keïta a déclaré forfait suite à des blessures, tandis que Bakaye Traoré et Samba Diakité n’ont pas été convoqués. Absent à la CAN au Gabon et en Guinée Equatoriale, l’ancien capitaine des Aigles Mahamadou Diarra dit Djila qui a joué le rôle de récupérateur avec Kalilou M. Traoré au match aller, sera lui aussi absent pour cause de blessures.

Absent depuis deux ans et demi en Equipe nationale, Mohamed Lamine Sissoko avait été appelé par Patrice Carteron, mais le retour du Parisien vient être différé. «D’un commun accord avec Momo, j’ai jugé préférable qu’il poursuive tranquillement son programme de remise en forme, confirme Patrice Carteron dans les colonnes du Parisien. Je l’ai convoqué suite à son premier match de la saison face à Sochaux, mais il n’a pas joué lors des deux matches suivants, contre Porto et Marseille. Du coup, il manque encore de rythme. Mais son retour en sélection n’est que partie remise» a ajouté Carteron. Suite donc à toutes ces absences, la composition du cœur du jeu sera un casse-tête pour Carteron. Malgré l’inconstance au niveau de l’encadrement technique, l’Equipe nationale joue avec deux milieux récupérateurs depuis des années. Et Patrice Carteron, pour son premier match sur le banc de touche des Aigles n’a pas rompu cette tradition tactique.

Pour ce match retour, le technicien français a 3 milieux récupérateurs sous la main : Samba Sow, Kalilou M. Traoré et le local Idrissa Traoré dit Essien. Lesquels de ces 3 joueurs seront alignés ? Ces joueurs seront en concurrence mais avec un avantage pour Samba Sow et Kaliou Traoré qui ont plus d’expérience que le joueur du Djoliba. Absent à la CAN 2012 pour cause de blessures, l’ancien joueur d’Odense, Kalilou M. Traoré (première division danoise) a changé de couleurs il y a quelques mois et évolue désormais avec Sochaux en France. Le jeune milieu défensif (25 ans) est depuis l’après CAN régulier avec l’Equipe nationale et il est titulaire à Sochaux depuis la 5è journée de la Ligue 1 (343 minutes en 4 matches). C’est seulement lors de la précédente journée qu’il est sorti à 17 minutes de la fin contre Rennes (0-1). Entrée à 13 minutes de la fin au match aller (à la place de Djila), Samba Sow a depuis engrangé des temps de jeu avec Lens. Il est à 315 minutes depuis le début de la saison, toutes compétitions confondues dont deux fois 90 minutes lors des deux précédentes journées de la Ligue 2 française. Mais l’option Idrissa Traoré n’est pas à écarter.

Le joueur du Djoliba a joué une saison pleine avec son équipe et est considéré comme l’un des meilleurs récupérateurs du championnat national et de la coupe de la Confédération. Après le forfait de Seydou Keïta, le sélectionneur national va devoir se rabattre sur le jeune milieu offensif polyvalent de Nice, El Hadji Mahamane Traoré pour organiser le jeu malien et relier les deux parties : la défense et l’attaque. Titulaire indiscutable avec Nice, El Hadji Mahamane peut jouer ce rôle sans problème. Modibo Maïga va vraisemblablement jouer à gauche.

Le décalage de Mahamane Traoré va laisser de la place dans le couloir droit et Abdou Traoré et le néophyte Idrissa N. L. Traoré sont en lice pour ce poste. Dans la logique de la compétitivité défendue par Patrice Carteron, le joueur du Djoliba part favori dans cette concurrence puisque Abdou Traoré joue moins à Bordeaux. Mais le coach va t-il avoir le courage de lancer un joueur local qui est à sa première sélection dans ce genre de rencontre ? Difficile de répondre par l’affirmative. Mais le coach des Aigles n’est pas obligé d’évoluer dans un 4-3-3. Il y a d’autres options comme le 4-2-3-1 ou encore le 4-4-2 qui vont avec la réalité de notre équipe décimée par des forfaits. Le 4-2-3-1 ne serait qu’une modification du 4-3-3 dans le placement des joueurs de couloir et de l’animateur du jeu.

Cela va permettre à l’équipe d’avoir un nombre important des joueurs au milieu et de resserrer les lignes afin de bloquer les Botswanais. Pour ce match, les Aigles manqueront de leader technique et d’expérience pour gérer les moments difficiles mais avec la volonté de la jeune vague et la présence de Police pour encadrer les jeunes, les Aigles devraient pouvoir s’en sortir. Les Zèbres jouent en bloc, c’est une équipe qui attaque à 10 et défend à 10. Quel que soit le système, les joueurs alignés, les nôtres doivent mettre dans la tête qu’ils ont un statut à défendre. Un échec au Botswana demain serait une catastrophe.


Samedi 13 octobre au Sports Complex Lobatse 13h : Botswana-Mali

Arbitrage de Kirwa Sylvester (Kenya) assisté de ses compatriotes Wamalwa Elias et Keirini Peter

Commissaire : Charles Masemé (Ouganda)

Ladji Madihéry Diaby

L’Essor du 12 Octobre 2012