Partager

drogba.jpgDeux ans après sa finale perdue en 2006, la Côte d’Ivoire s’est à nouveau inclinée en demi-finale face à l’Egypte (4-1). Les Eléphants disputeront samedi la petite finale contre le Ghana tandis que les Pharaons, tenants du titre, tenteront de conserver leur trophée face au Cameroun, dimanche.

CÔTE D’IVOIRE – EGYPTE : 1-4

Buts : Fathi (12e), Zaki (62e et 66e), Aboutrika (90e) pour l’Egypte.

Keita (63e) pour la Côte d’Ivoire.

Ils s’étaient pourtant juré d’aller au bout. Auteurs d’un parcours en tout point remarquable jusque là, les Ivoiriens sont tombés de haut, jeudi à Kumasi, face à la forteresse érigée par les Pharaons. Pris à la gorge dès le premier quart d’heure car contraints de courir après le score, les joueurs de Gérard Gili n’ont jamais su trouver la bonne solution face au problème posé par des Egyptiens appliqués et disciplinés. Il faut dire que les hommes d’Hassan Shehata connaissaient la recette. Tombeurs des mêmes Ivoiriens il y a deux ans à l’ultime stade de la compétition, ils ont cette fois encore fait preuve d’une force collective déconcertante.

Dès les premières de jeu toutefois, la défense ivoirienne montra des signes de fébrilité inquiétante. Seul au deuxième poteau, Fathi en profita notamment pour lancer les siens (12e ; 1-0) avant que son gardien, Essam Al Hadari ne lui vole la vedette. Le portier égyptien, dans une forme éblouissante à pourtant 36 ans, a littéralement écoeliguré ses adversaires.

Didier Drogba, bien placé pour le savoir, s’est en effet heurté à trois reprises sur cette muraille quasiment infranchissable (29e, 45e, 48e). La Côte d’Ivoire pousse mais c’est bien l’Egypte qui va doubler la mise grâce à Amr Zaki (62e ; 2-0), la réduction du score de Kader Keita (63e ; 2-1), aussi belle soit-elle, ne sera alors qu’un feu de paille.

Car Amr Zaki encore lui, va ensuite donner un peu d’ampleur à une défaite qui semblait visiblement inéluctable (66e ; 3-1). Beaucoup trop portés vers l’avant, abandonnant définitivement tout repli défensif, les Ivoiriens seront même punis dans les arrêts de jeu par Aboutrika (90e ; 4-1). Il n’en fallait pas plus pour que les tenants du titre remettent les choses en ordre.

Tandis que les observateurs attendaient tous un duel entre le Ghana et la Côte d’Ivoire en finale, celle-ci opposera bien dimanche l’Egypte au Cameroun, pour le plus grand regret d’Eléphants sans défense. A trop vouloir se persuader qu’il faut gagner, on finit parfois par perdre. Proverbe à méditer…

LA DECLA : Gérard Gili (sélectionneur de la Côte d’Ivoire)

« La sortie de mon gardien (Barry sur blessure) n’est pas la raison pour laquelle nous avons perdu. Cela m’a seulement empêché d’effectuer un autre changement. On a simplement connu un jour sans. Ce n’était pas notre jour. On ne s’attendait pas à perdre par une si grande marge mais les Egyptiens ont très bien joué. »

Hugues SIONIS / Eurosport

08 février 2008.