Partager

leroy-2.jpgAbattu après l’élimination du Ghana, pays organisateur, Claude Le Roy regrette surtout de ne pas avoir pu lutter à armes égales. Outre les blessures et le manque de fraîcheur, le sélectionneur des Black Stars s’interroge sur l’arbitrage face au Cameroun.

CLAUDE LE ROY, quel est votre sentiment après cette défaite face au Cameroun (1-0) ?

C.L. : C’est un moment très difficile. C’est la vie du foot. On a connu des grands moments de joie, de formidables moments de bonheur dans cette compétition et là, on ressent beaucoup de tristesse. Beaucoup de tristesse parce que je n’ai pas le sentiment qu’on ait perdu logiquement. Premièrement, on ne mérite pas de perdre sur le match. Mais, surtout, on n’a pas perdu avec nos armes.

C’est-à-dire ?

C.L. : On a dû jouer sans John Mensah. Mercredi, Asamoah Gyan nous a dit qu’il ne pouvait pas jouer parce qu’il avait une trop grosse douleur à l’insertion pubienne. Dix minutes avant le début du match, Kingston me dit qu’il a dû se faire faire une injection et que finalement il avait une mauvaise réaction et donc une douleur terrible… On a eu une cascade de forfaits et de pépins qui font qu’on n’a pas pu mettre en place l’équipe dont moi je rêvais. Et les Camerounais marquent pratiquement sur leur seule occasion du match. C’est le foot. Bravo à eux mais moi je suis très triste. Mais j’assume cette défaite. J’ai toujours dit que la victoire était pour les joueurs… Je suis très triste.

Qu’a-t-il manqué au Ghana ?

C.L. : Il nous a manqué de l’efficacité. Et, quand on a autant de pépins, c’est difficile de trouver un équilibre. Mais, dans une équipe de foot, ça se joue à très peu de choses. Pour essayer d’avoir une bonne qualité technique à partir de derrière, j’ai mis en défense Michael (Essien) qui a été superbe. Mais, comme le disait Mourinho, quand il est derrière, il manque au milieu.

C’est parce qu’il est Michael Essien et qu’il n’y a pas beaucoup de joueurs de cette qualité dans le monde. Comme on dominait et que l’on attaquait, il nous a peut-être manqué également un peu de fraîcheur dans des moments importants. Junior (Agogo) évolue en troisième division et il enchaînait son 5e match en 18 jours. Même s’il a été très bon, il a sans doute manqué d’un tout petit peu de fraîcheur sur certaines actions pour transformer en but certaines de ses occasions.


Avez-vous un regret ?


C.L.
: D’après des images que l’on m’a montrées, confirmant les impressions que j’avais pendant le match, il y avait vraiment un beau penalty en notre faveur. Mais on ne pourra pas dire que, depuis le début, les arbitres aient été ghanéens… Au moins, de ce côté là, on la conscience tranquille.

On parle beaucoup du pouvoir d’Issa Hayatou et de la pression du Cameroun sur la CAN…

C.L. : Je ne sais pas. On a eu parfois l’impression que beaucoup de choses se retournaient contre nous pendant cette demi-finale. A chaque fois qu’il y avait un choix à faire, c’était toujours un choix qui ne nous était pas favorable. Mais ce serait un argument trop facile de ne se servir que de ça. Ça n’est pas suffisant. Ça n’est pas élégant. On a perdu parce qu’ils ont été efficaces une fois. Nous, on aurait mérité de gagner mais on n’a pas été efficaces.

Eurosport

08 février 2008.