Partager

Vainqueur de la Côte d’Ivoire lors du match de classement (4-2), le Ghana de Michael Essien termine troisième de sa Coupe d’Afrique des Nations. La consolation est certes maigre mais les Black Stars terminent la compétition sur une note heureuse et avec le sourire.

GHANA – CÔTE D’IVOIRE : 4-2

Buts: Muntari (10e), Owusu (69e), Agogo (80e), Draman (85e) pour le Ghana.

Sanogo (24e, 32e) pour la Côte d’Ivoire

Le chagrin a été évacué. Et pas seulement à l’issue de cette « petite » finale. Arrivés sur le terrain avec le sourire, comme leurs homologues ivoiriens, les Ghanéens ont fait en sorte que leur aventure au pays, si elle n’a pas connu l’épilogue qu’ils espéraient, se termine sur une note joyeuse. Les Black Stars montent une nouvelle fois sur le podium de la Coupe d’Afrique des Nations. Pas la plus haute marche, mais ils peuvent se satisfaire d’avoir battu la Côte d’Ivoire. D’autant plus que les Eléphants ne s’étaient pas déplacés à Kumasi pour jouer les faire-valoir. Pour preuve, le onze type, ou presque, démarre la rencontre. Et surtout, menés au score très rapidement suite à un coup de canon de Muntari (1-0, 10e), les Ivoiriens n’ont pas abdiqué.

Premiers à se montrer dangereux par l’intermédiaire de Kalou, tout proche de l’ouverture du score (5e), les hommes de Gérard Gili respirent la sérénité. Ils jouent par intermittence, ce qui suffit lorsque le virevoltant Keita se transforme en meneur de jeu pour servir Sanogo (1-1, 24e). Buteur de sang-froid, l’attaquant du Werder se fait renard pour jaillir au bon endroit et doubler la mise (1-2, 32e).

Il sera d’ailleurs le seul à pouvoir battre Kingson. Le duo de Chelsea, Drogba et Kalou, bute dans la même action sur le portier ghanéen (31e). Le capitaine des Eléphants, capable de donner le tournis à Mensah, préfère donc devenir passeur pour Sanogo, qui ajuste Kingson une nouvelle fois… mais la transversale l’empêche de réaliser le coup du chapeau. Un signe du destin pour faire comprendre à la Côte d’Ivoire que la chance va tourner? Pas vraiment. Mais les Ivoiriens, un peu trop sûrs de leur coup, laissent le ballon à leur hôte.

Pendant une vingtaine de minutes, l’attentisme des Eléphants ne leur porte pas préjudice. Pendant ce laps de temps, le Ghana est trop brouillon, un peu fébrile, imaginant peut-être les conséquences qu’aurait une nouvelle défaite. Owusu-Abeyie, entré en cours de jeu suite à la blessure de Baffour Gyan (20e), oublie le contexte, ses partenaires, et fonce seul vers le but de Koné (2-2, 70e).

C’est finalement à partir de cet instant que l’absence de palmarès se fait le plus sentir. Les Ivoiriens n’ont plus vraiment la volonté, ni les moyens, de se tourner vers l’offensive, tandis que le Ghana retrouve l’espoir. L’envie. Et le sourire. À la conclusion d’un bon mouvement à trois, Agogo porte son équipe vers le podium (3-2, 80e).

Tout seul, Draman s’en charge de l’y installer définitivement (4-2, 85e). Comme le disait Claude Le Roy avant la rencontre : « Troisième, c’est mieux que quatrième« . L’entraîneur ghanéen a été entendu. Ce ne sera peut-être pas assez pour le faire rester à son poste. Mais juste pour lui compliquer la décision.

Jean TERZIAN / Eurosport

1 Février 2008.