Partager

Ibrahim Boubacar Keïta (IBK) a rendu une visite de courtoisie, vendredi dernier, aux familles fondatrices de Bamako (Niaré, Dravé et Touré).
Accompagné par une force délégation, IBK avait aussi à ses côtés, pour cette visite aux autorités coutumières de Bamako, Soumeylou Boubèye Maïga, président de l’Alliance pour la Solidarité au Mali-Convergence des Forces patriotiques (ASMA-CFP).

Motif de cette visite: informer d’abord les notabilités de la capitale de sa candidature à l’élection présidentielle du 28 juillet prochain. S’il est vrai que la bénédiction est l’ultime échelle pour grimper au sommet, IBK y sera probablement.

De Niaréla à Dravéla, en passant par Bagadadji, les trois familles fondatrices de Bamako, qui incarnent l’autorité coutumière et traditionnelle, ont largement accordé leur bénédiction au candidat du RPM.

Tous sont unanimes sur le fait qu’IBK est apte à diriger le Mali et donnent leur soutien infaillible à sa candidature à la magistrature suprême de ce pays. La bénédiction des anciens au quotidien et lors d’événements d’exception, telle l’élection présidentielle. Quant aux conseils, IBK en a reçu beaucoup et promet d’en faire bon usage.

Rokia DIABATE

19 Juillet 2013


Campagne électorale : Chato dans le Mandé et le Bélédougou

La seule femme candidate retenue à l’élection présidentielle, Chato, a été ce mardi 16 juillet 2013 à Kati et à Kangaba en passant par Kallé.
En débutant ses visites par Kati, ce fut un honneur en tout cas pour la population et surtout pour les femmes de l’accueillir. Elle fut attendue par de nombreuses femmes pour lui exprimer leur soutien. La mobilisation était au rendez-vous.

La candidate se rendit directement à l’hôpital pour voir les conditions des malades et l’état des lieux. Elle y a fait preuve de générosité. Des heures avant son arrivée, les militants avaient pris d’assaut la salle de conférence de la mairie. La candidate de l’Alliance Chato 2013 a été accueillie a l’entrée de la mairie par le service et par ses sympathisants. La rencontre de Chato avec le maire, Hamallah Haidara, s’est faite à huit clos. Une fois dans la salle de conférence, le maire l’a beaucoup encouragée, estimant qu’elle était une femme exemplaire.

Il s’exprima en ces termes : « la crise du nord s’est soulevée, beaucoup ont quitté le pays. Chato est restée parce qu’elle aime notre pays. Je suis d’un parti certes, mais je t’admire. La Candidature oui mais la compétence avant tout ». La quatrième adjointe au maire, Mme Doumbia Oumou Sacko, l’a remerciée au nom de toutes les associations féminines et de toutes les femmes tout en l’encourageant et en comptant sur elle.

Elle pense que les femmes ont toujours milité au profit des hommes et qu’il est temps de tourner la page.
Chato, après s’être excusée auprès de l’assistance pour son retard, trouve que sa candidature est celle du peuple et que le Mali a traversé une période très difficile mais est toujours dans l’obscurité. Elle s’est engagée qu’une fois élue le Mali demeurera sa priorité.

Il ne s’agit pas, dit-elle, du développement des régions-nord, mais celui du Mali où il faut des dirigeants patriotes. Une fois à Kangaba, c’est dans une atmosphère festive que la délégation a été accueillie et ce fut des visites successives des notabilités, ponctuées de bénédictions, d’encouragements et de soutien. Un seul slogan était scandé : ‘‘ Avec Chato les femmes avancent, avec Chato le Mali avance’’

Mariam Ben Barka


Campagne électorale : Dra ratisse large à Kolokani, Dily et Nara

Dans ces localités de la région Koulikoro où il s’est rendu ce lundi, le candidat du Pasj ne s’était jamais senti aussi proche du fauteuil présidentiel. En effet, dans chacune des localités visitées, les populations lui ont réservé un accueil digne d’un chef d’Etat.

Des membres de la délégation conduite par Dramane Dembélé se souviennent que depuis le démarrage officiel de la campagne présidentielle, le 07 juillet dernier, une sortie de leur candidat a rarement mobilisé autant de monde.
Les symptômes de cette forte mobilisation étaient déjà apparus à Mourdiah. Dans ce chef-lieu de commune à cheval entre Didiéni et Nara où la délégation est arrivée dans la matinée, ils étaient de tous les âges à inonder les abords de la piste qui mène à Nara. «Adema, Adema…», scandent-ils dans un désordre indescriptible, chacun cherchant qui à l’identifier, qui à serrer la main du candidat. Mais, il ne s’agit que d’une escale.

A peine une vingtaine de minutes de contact, la délégation se retire et pointe le nez à Kaloumba. Il est 11h30 et la voici au village de la mère de Dioncounda Traoré, président de la République du Mali.

Après qu’ils aient été accueillis dans la ferveur à l’entrée, Dramane et sa suite rejoignent Marihéry Keita, chef du village, entouré de quelques uns de ses conseillers. «Même les crapauds de Kaloumba voteront Dramane», rassure le patriarche, après avoir prodigué de sages conseils. Ragaillardi, le candidat poursuit son chemin et foule le sol de Nara à 385 km de Bamako, non loin de la frontière mauritanienne. Il est dans le fief du Prof. Dioncounda Traoré qui y est originaire.

Dans la liesse populaire, la délégation est conduite au siège de la section de l’Adema au quartier Dabaye. Sur place, une foule de militants attendent sous un soleil de plomb. Le secrétaire général de la section, Sadia Soumaré, remercie les siens pour leur patience et s’engage : «A Nara, tous les militants Adema et sympathisants voteront Dramane Dembélé», dit-il, après s’être réjoui que le parti ait porté son choix sur Dra.

Choix qui, dit-il, se fonde sur des raisons tout à fait objectives. «Le chemin est dur, mais pas infranchissable», c’est la conviction de Mme Traoré Oumou Soumaré, consciente que l’union et l’engagement étaient les seules voies du succès. Au nom des femmes Adema de Nara, elle a estimé que la présidentielle de 2013 était une occasion pour eux de démontrer que la famille Adema est unie. A sa suite, le président de l’ARP, le Col Youssouf Traoré, avec une détermination un peu débordante, a prôné le changement générationnel à travers Dra et a rendu ensuite un hommage au président de la République par intérim pour son engagement en faveur de la libération de notre pays.

Ému, le candidat de l’Adema a, pour sa part, loué les qualités humaines et professionnelles de Dioncounda, soulignant au passage les relations sociales et universitaires qui l’ont lié à cet homme. Il a appelé les populations de Nara à l’union et au pardon à l’image du Dioncounda Traoré. Mieux, Dramane Dembélé s’est engagé, avec l’accompagnement de tous, de reconstruire le Mali, revenant sur certains axes prioritaires de son programme.

Sourire aux lèvres, la délégation revient sur ses travers et trouve Dily en effervescence. La rue qui mene à la place publique est noire de monde et Dramane et sa suite se sont faits accueillir à 7 km de ce chef-lieu de commune.
La conviction est ferme que le destin présidentiel de l’hôte du jour est en marche. Hamady Boubou Bolly, 3ème adjoint au maire, au nom de la sous-section, se réjoui de prendre contact avec le candidat auquel il promet la victoire à Dily. Il est 21h quand la délégation pose ses valises à Kolokani, à 120 km de Bamako.

Dans la salle de conférence de la ville qui avait refusé du monde, Issa Diarra, secrétaire général de la section, rappelle la bonne santé de l’Adema dans ce cercle. A preuve, les trois députés de Kolokani sont tous du Pasj. Il a ainsi promis la victoire à Dramane Dembélé, invitant les siens à ne pas craindre les tapages qui se font autour d’eux.

Dans son message, le candidat abeille a estimé que l’heure n’est plus aux discours creux, car les Maliens ont besoin de santé, de se loger, de la sécurité alimentaire, etc. Mieux, il s’est engagé, une fois élu président de la République, à réparer les injustices sociales.

Il importe de rappeler qu’à chacune de ces étapes, la délégation a rendu une visite de courtoisie aux autorités coutumières et religieuses.

Bakary SOGODOGO,

Envoyé spécial

Le Prétoire du 19 Juillet 2013