Partager

C’est un ATT prêt à en découdre que les citoyens ont vu samedi dernier au CICB lors du lancement de sa campagne pour la présidentielle de 2007. Du côté du président sortant, la recherche d’un climat apaisé n’est apparemment pas à l’ordre du jour.

« La politique, ce n’est pas dénoncer pendant cinq ans alors qu’on a pas le courage de quitter le navire » ! C’est ce qu’à dit ATT à l’ouverture de sa campagne le samedi dernier au Centre international des conférences de Bamako (CICB). Le destinataire de ces propos ne fait l’ombre d’aucun doute. Cette flèche est adressée au Rassemblement pour le Mali et à son président Ibrahim Boubacar Kéita, le plus redoutable des adversaires du président sortant.

Mais, le RPM a toujours dit qu’il ne prendra pas la responsabilité de faire démissionner ses ministres et que c’est à l’autre partie de les faire partir si elle ne supporte plus les critiques des Tisserands. En dehors de cet aspect, c’est un ATT prêt à en découdre que les citoyens ont vu samedi dernier. En définissant sa vision de la politique, il n’a pas manqué d’asséner des coups à ses adversaires à la limite accusés de cécité politique ou de manque de courage professionnel pour ce qui est des journalistes. Et il est maintenant certain que le général-président rendra coup pour coup à ses adversaires.

Si ATT avait invité, en 2002, les Maliens à se retrouver autour de ce qui les unit, cette année il prône « Le Mali qui gagne ». Toutefois, il ne déroge pas à sa quête de satisfaction de la demande sociale puisque son projet de société s’articule aujourd’hui autour du Programme développement économique et social (PDES). Et en la matière, il laisse aux électeurs le soin d’évaluer le chemin parcouru avec l’assurance d’un chef de chantier qui n’a pas à rougir de son bilan. Des logements sociaux au désenclavement en passant par la modernisation de l’agriculture, la réalisation des infrastructures sociales de base…, le candidat a touché à tous les domaines pendant son premier mandat.

Même si ses efforts ne sont pas toujours sentis dans le panier de la ménagère, le seul baromètre de la majorité des Maliens, sa volonté de bien faire est suffisante pour que les électeurs renouvellent son bail à Koulouba. C’est en tout cas le souhait naturellement exprimé par ses partisans massivement présents au lancement de sa campagne.

De Soumaïla Cissé à Dioncounda Traoré en passant par Choguel Kokalla Maïga, tous les principaux leaders de la classe politique ont tenu à lui assurer la sincérité de leur soutien par leur présence effective dans la grande salle du CICB.

ATT a donné le ton ! A ces partisans maintenant d’occuper le terrain pour concrétiser autrement leur soutien.

Moussa Bolly

10 avril 2007.