Partager

Sékorolé, Yanfolila, Sérémoussaanisamou, Djamatigui, Wassa, Sérekola, Gélénikoro, Yanlankoro, Soloba, Kalana, Gouana, Yorobougou, Kamassa, Farabakoura, Sangarédji, Dalakan, Koloni et Doussoudjanlan, etc., c’est la tracée d’un périple que l’ancien premier ministre (2007-2011), Modibo Sidibé, a effectué du 27 au 29 janvier 2012 dans la région de Sikasso.

Après sa déclaration de candidature à l’élection présidentielle de 2002 qui, il faut le souligner intervenant après une excursion dans les régions de Kayes et Mopti, Modibo Sidibé donne un coup d’accélérateur à sa campagne. Le «candidat de la convergence et de la synthèse», comme il se définit, a sillonné le Wassoulou (d’où il est originaire) à la rencontre du «Mali vivant».

jpg_modibo-21.jpgLa coutume s’est ancrée dans le cercle politique malien où les candidats ne se privent pas de demander la «bénédiction» de leurs interlocuteurs. En fait de bénédiction, il s’agit bien de solliciter leur suffrage aux élections. Et, Modibo Sidibé, accompagné d’une forte délégation, ne s’est pas dérogé à la tradition dans les localités où il a passé. De taquineries à l’occupation de places assises sur des nattes (sacrées) de peau d’animaux, le candidat aurait impressionné ses hôtes qui ne l’on pas caché. «Au-delà du Wassoulou, nous vous demandons de faire un tour à Abidjan pour voir notre capacité de mobilisation» a assuré Yaya Sidibé, le représentant des mouvements de soutien à Modibo Sidibé à Gélénikoro. «Je ne suis pas étranger ici. C’est chez moi. Et je ne suis pas surpris de l’accueil qui m’a été réservé» a assuré le candidat à la population du Wassoulou.

Au total, 161 villages des cercles de Sikasso et de Yanfolila mobilisant des centaines de personnes dont des imams et des chefs coutumiers ont assuré au candidat une victoire au soir du scrutin du 29 avril prochain. Dans plusieurs localités, le candidat s’est vu offrir des contributions financières en guide de participation au paiement de la caution. La commune de Séremoussaanisamou (Yanfolila) y a investi la somme de 50 000FCFA ; Wassa et 15 autres villages y ont contribué à hauteur de 100 000Fcfa. A ces populations, le candidat a exposé sa vision du Mali de demain et salué la marche démocratique du pays.

«Le général est un frère, un ami, un très bon collaborateur. Je ne pouvais pas venir dans sa ville natale sans passer saluer dans sa famille », a – déclaré Modibo Sidibé. Le candidat s’adressait ainsi à la famille du frère aîné du général Kafougouna Koné (ministre de l’administration territoriale et des collectivités locales) à qui il rendait une visite de courtoisie à Diou (commune de Fourou). Pour Modibo Sidibé, il est important de sillonner ces localités éloignées de la capitale pour s’imprégner des réalités locales. Et, il ne s’est sûrement pas trompé ! Certaines localités ont été ralliées, selon des informations, par le candidat et sa délégation à pied, faut de route d’accès en véhicule. Au-delà du soutien, ces localités ont donc exprimé des besoins vitaux : des problèmes de route et d’approvisionnement en eau potable mais aussi des difficultés liées au chômage des jeunes, entre autres. Les femmes, a-t-on appris, ont sollicité au candidat une attention plus particulière après son accession à la magistrature suprême

Seydou Coulibaly

01 Février 2012

©AFRIBONE