Partager

Dans le cadre de la campagne présidentielle pour le 28 juillet, le Rassemblement pour le Mali (RPM) a organisé le jeudi 18 juillet 2013, un grand meeting dans la ville du Kénédougou, pour leur candidat Ibrahim Boubacar Keita qui est venu à la rencontre des militants et sympathisants du parti. C’était dans le stade Babemba Traoré.

Ils étaient des milliers de personnes qui ont effectué le déplacement pour la cause, (des clubs de soutien, des mouvements, des partis politiques alliés, des associations de jeunes et de femmes), tous attendaient avec ferveur et beaucoup d’enthousiasme, l’arrivée du premier tisserand Ibrahim Boubacar Keita alias IBK non moins candidat à l’élection présidentielle. Dès son apparition avec ses escortes dans l’enceinte du stade. La foule s’est levée pour accueillir de façon chaleureuse le candidat, en brandissant leurs cartes NINA et scandait le diminutif de son nom.

Après avoir fait le tour du stade deux fois en véhicule, pour saluer ces milliers de personnes qui étaient présentes à ce meeting. Ensuite, il a regagné sa place à la tribune officielle. Après le passage de l’hymne nationale, le secrétaire général de la section RPM de Sikasso, Salia Togola a remercié la foule pour sa motivation sincère et son dévouement sans faille pour le candidat du RPM. Il dira que la situation que connait le Mali n’a laissé personne indifférente. Selon lui le candidat qui est capable et qui est aussi l’homme de la situation pour mettre fin à cette situation est tout simplement IBK, a-t-il déclaré, tout en recommandant à la population de Sikasso, de participer pleinement à l’élection du 28 juillet et de voter IBK.

En demandant pardon auprès de son électorat qui a voulu être présent à ce meeting malgré les circonstances, lors de son allocution le candidat Ibrahim Boubacar Keita a de facto souligné que beaucoup de candidats sont venus dire des choses, mais que tel ne sera pas son cas tout en leur rassurant sous la volonté de Dieu que ce qui s’est passé au Mali ne se répétera plus. Il a fait savoir qu’à son arrivée au pouvoir que les forces de sécurité et de défense n’auront plus de problèmes, qu’il va construire le Mali et donner un meilleur avenir aux enfants du Mali.

Tout en précisant qu’il ne prend pas ce qui n’est pas pour lui et qu’il n’est pas fou du pouvoir mais qu’il est fou du Mali. Par ailleurs, il a fait savoir a son électorat que ces adversaires préparent des choses en achetant des cartes NINA « si on vous donne de l’argent prenez-le car c’est de l’argent volé», a-t-il conclut. Après le meeting de Sikasso, le candidat a été reçu à Niéna une localité de Ganadougou où il dira qu’ «aujourd’hui ce n’est pas pour le RPM mais c’est pour le Mali, c’est pour l’honneur du Mali», a-t-il souligné.

Concernant la sécurité il a déclaré que son engagement est pour que les maliens n’aient plus peurs de vivre chez eux et que plus jamais ce qui s’est passé au Mali ne se répétera plus. Après Niena, c’était au tour de Tiendougou une localité de Koumantou. Ainsi, le secrétaire générale de la section RPM de tiendougou, Moussa Bagayogo a remercié le candidat de même que les militants, il dira que IBK est le candidat du Mali et des maliens, qu’il est le Nelson Mandela malien avant de souligner qu’ils voteront pour lui le 28 juillet. Cependant, il fut escorté de cette localité jusqu’à Bougouni.

Arrivé dans le complexe sportif, il a remercié la population au cours de son allocution. Il dira que ce qui nous ait arrivé dans ce pays est énorme, beaucoup d’injustice, de corruption, d’inégalité etc. Selon lui, quand il sera président de la République, l’armée malienne sera armée, formée et elle sera à hauteur de mission et aura ce qu’elle mérité. « Mais en retour aucun ennemi ne franchira les frontières du Mali », a-t-il déclaré.

En outre, cette visite du candidat du RPM a pris fin à Ouélésebougou, où il a fait savoir qu’il a des perspectives pour le Mali en matière de santé, d’éducation, de transport, d’infrastructure… en ce qui concerne la stabilité du pays, il prône le pardon et la réconciliation de tous les fils du Mali.

Ousmane Baba Dramé, envoyé spécial

22 Juillet 2013