Partager


La commue rurale de Krémis dans le cercle de Yélimané a abrité le 19 novembre dernier le lancement de la campagne nationale de vaccination du cheptel 2006-2007, sous la présidence du chef de l’Etat, Amadou Toumani Touré. Accompagné par les ministres de l’Elevage et de la Pêche, Oumar Ibrahim Touré ; de la Protection Civile, Sadio Gassama et certains membres de son cabinet, le chef de l’Etat a eu droit à un bain de foule des 13 villages du Kaniaga et de l’ensemble des populations du cercle de Yélimané. Ces populations ont tenu, malgré l’enclavement de SENEWALY (le village qui a abrité la cérémonie de lancement), à rallier le site de l’événement pour exprimer leur joie de voir un Président de la République fouler leur sol et en même temps lui démontrer leur fierté malgré les nombreuses difficultés de leur zone.

Initiative du ministère de l’Elevage et de la Pêche, la campagne nationale de vaccination du cheptel rentre dans le cadre de la modernisation progressive de l’ensemble des filières de l’élevage enclenchée par ce département.

Eleveurs, pêcheurs, exploitants forestiers et services techniques de l’élevage se sont donnés rendez-vous à SENEWALY Soninké situé à 40 km à l’Est de Yélimané pour confirmer leur adhésion à la campagne de vaccination du cheptel.

Pour le ministre de l’Elevage et de la Pêche, l’objectif de la campagne nationale de vaccination est pour son département d’évoluer vers un secteur moderne, productif et compétitif conformément aux orientations du gouvernement et en cohérence avec le cadre stratégique de lutte contre la pauvreté.

Parlant des résultats de la campagne de vaccination, Oumar Ibrahim Touré dira : « nos objectifs contre la péripneumonie contagieuse bovine, principale maladie transfrontalière en Afrique susbsaharienne ont été atteints. Avec 5 010 785 de bovins vaccinés contre la péripneumonie contagieuse bovine, le taux de couverture vaccinale étant d’environ 80 % (soit 79,93 exactement), nous pouvons dire que l’objectif de contrôler puis d’éradiquer cette maladie est à notre portée« .

Profitant de l’annonce de ce bon résultat de la campagne précédente, le ministre de l’Elevage et de la Pêche a informé les éleveurs que le gouvernement vient d’autoriser la prise en charge par le budget de l’Etat du financement sur cinq ans de la campagne de vaccination contre la péripneumonie contagieuse bovine pour près d’un milliard et demi de F Cfa.

Le gouvernement apportera aussi, au cours de cette campagne, un appui en équipements et matériels d’intervention. S’agissant de l’importance des campagnes de vaccination du cheptel, Oumar Ibrahim Touré a affirmé que c’est essentiellement grâce à des campagnes annuelles de vaccination bien organisées et correctement exécutées que la peste bovine est devenue un triste souvenir dans notre pays.

« Aucun foyer de cette maladie n’a été enregistré sur le territoire national depuis 1986« , a précisé le ministre. La qualité des activités de surveillance menées ont permis au Mali d’être déclaré, par l’Organisation Mondiale de la Santé Animale (OIE), pays indemne de l’infection de peste bovine en mai 2006 et de recevoir à cet effet la médaille d’or de l’Union Africaine.

En ce qui concerne les perspectives pour la campagne 2006-2007, le département de l’Elevage et de la Pêche s’engage à vacciner plus de 5 millions et demi de bovins contre la péripneumonie contagieuse bovine (PPCB). En plus de la préservation de la santé du cheptel, l’amélioration du potentiel génétique des animaux constitue également une préoccupation et un défi pour les services de l’élevage et de la pêche.

C’est dans ce cadre que le Projet de production industrielle de viande bovine à valeur ajoutée pour l’exportation a été lancé en même temps que la campagne de vaccination 2006-2007. Ce projet est une initiative du gouvernement du Mali en partenariat avec Afrique-Genetic, représenté à la cérémonie de lancement par Denis Brakanon, ancien ministre ivoirien.

Le maire de Krémis a souligné, dans son mot de bienvenue au Président de la République, les entraves au développement de sa commune composée de Soninké, peul, maure, bamanan et Malinké. La commune rurale de Krémis, disait Bandiougou Dembélé, est enclavée et coupée du reste du pays pendant l’hivernage.

Elle manque d’eau et de pâturage pour les animaux, qui font, à cause de cet handicap, un long voyage de 9 mois à travers le pays. Krémis, qui est un des sites d’exécution du projet Paddy, veut aussi sa téléphonie mobile pour garder le contact entre les coopérants étrangers et leur famille, mais aussi pour le bien des populations qui ont leurs enfants à l’étranger.

S’agissant de l’eau pour les animaux, le maire de Krémis a son idée. Il suggère au Président de la République le surcreusement de la mare de Tewané et d’une seconde mare pour les animaux de Krémis. Le chef de l’Etat a d’ailleurs adhéré à cette démarche et a promis de donner des instructions dans ce sens.

Mieux, Amadou Toumani Touré a aussi donné des assurances pour le désenclavement de la zone. La route Yélimané – Krémis sera bientôt en chantier et celle de Yélimané – Nioro sera pour plus tard, a promis le chef de l’Etat qui s’est engagé aussi à demander aux opérateurs de téléphonie mobile de couvrir la commune rurale de Krémis.

Le Président de la République qui a remis un lot d’équipements à l’ordre des vétérinaires du Mali a assisté à la fête des animaux à Senewaly peulh.

Idrissa Maïga Envoyé spécial

22 novembre 2006.